Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Bernard, retraité, marié avec une femme de l'Isan, souhaite partager ses découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires, culturelles, politiques,sociales ...et de l'actualité. Alain, après une collaboration amicale de 10 ans, a pris une retraite méritée.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

Les Derniers Articles

26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 16:15

 

 

Le 31 août de l’an passé (2020), l’ambassade américaine de Bangkok, poussant des cris de vierge effarouchée, a publié un communiqué diffusé dans la presse niant les allégations selon lesquelles son gouvernement soutenait et financerait le mouvement anti-gouvernemental en Thaïlande (1).

 

 

Elles ont effectivement été très largement répandues en particulier mais en particulier seulement, par le très atypique et médiatique politicien « activiste » Sondhi Limthongkul (สนธิ ลิ้มทองกุล) qui ne cache pas ses sympathies pour le système actuel ou plutôt son antipathie pour les mouvements dits « pro-démocrates » ce qui n’est pas tout à fait pareil, et qui a d’ailleurs connu de nombreuses mésaventures judiciaires.

 

 

Ses allégations se résument selon le slogan qu’il assène dans les médias « NED = CIA », nous y reviendrons évidemment. Nous les trouvons en permanence sur Internet (2).

 

 

Le 21 avril de cette année, enfin le site Isaan record a publié un article déniant catégoriquement les accusations de porter atteinte à la monarchie dont il fait l’objet, allusion probable aux déclarations fracassantes de Sondhi Limthongkulm affirmant, la main sur le cœur que le  site n’était pas un site hostile à la monarchie. Nous y reviendrons également (3)

 

 

L’ambassade a tenu des propos angéliques : elle a été impliquée dans les manifestations en cours par des orateurs lors d'un rassemblement pro-établissement à Bangkok dimanche, où ils ont accusé les Américains d'ingérence dans la politique thaïlandaise. Le communiqué a déclaré que les États-Unis ne soutiennent aucun parti politique et ont exhorté toutes les parties à engager une conversation pacifique entre elles. Et bla  et bla. Nous vous avons donné la source de ces bêlements (1).

 

 

Quand on lit ce genre de propos d’une autorité officielle américaine, on est évidemment conduit à se remémorer sans faire spécifiquement de mauvais esprit mais en souriant les propos tenus par trois présidents successifs à l’occasion de l’intervention secrète de leur pays au Laos. Cette guerre fut la guerre des plus infâmes mensonges aux plus hauts niveaux de l’état américain :

Mensonges de Kennedy « … Ce que nous voulons au Laos, c’est la paix, pas la guerre… ».

 

 

Mensonges de Johnson « …Des actions hostiles et répétées contre des navires américains … ».

 

 

Mensonges de Nixon « … à l’heure actuelle aucune troupe américaine n’est stationnée au Laos … ».

 

 

Nous les avons rappelés dans nos articles consacrés à cette guerre secrète et à l’intervention de la CIA par le biais de deux au moins de ses faux nez, l’USAID et AIR AMERICA (4).

 

 

C’était certes il y a quelques dizaines d’années mais les choses ont-elles changé ?

Il est inutile de narrer l’histoire de la CIA et de ses crimes d’état même si comme chacun sait, ce n’est pas elle qui a assassiné le Président Allende et bien d’autres encore.

 

 

Je vis en Thaïlande depuis que j’y suis entré en 1999. Je considère que je suis un invité et que les questions politiques internes ne me regardent pas. Rouges ou jaunes, voilà bien le dernier de mes soucis, d’autant que ce sont les deux couleurs de ma Provence natale et que je n’ai à privilégier ni l’une ni l’autre.

 

 

Mais entre les déclarations tonitruantes de Sondhi Limthongkul  et l’intervention du site Isaan record pour lequel j’ai une empathie certaine, j’ai cherché à y voir clair. Nous avions parlé du rôle plus ou moins nauséabond de la CIA lors de la triste guerre dite du Vietnam et apparemment rien n’a changé ?

 

 

NED = CIA ?

 

Je me suis évidemment posé une première question : Mais qu’est- ce que la NED que Sondhi présente comme l’équivalent de la  CIA ? La National Endowment for Democracy se présente comme une fondation privée des États-Unis à but non lucratif, fondée en 1983 sous le gouvernement de Ronald Reagan, dont l'objectif déclaré à l’époque était le renforcement et le progrès des institutions démocratiques à travers le monde, des objectifs particulièrement  vertueux.

 

Nous avons tendances à dire à nouveau « et bla  et bla ».

 

 

La traduction française ? puisqu’elle a son site, est Fondation nationale pour la démocratie. Cette traduction est insidieuse : « Endowment » ne signifie pas « fondation » mais « dotation ». C’est donc une organisation dont le but non caché est de distribuer des subsides pour promouvoir « le renforcement et le progrès des institutions démocratiques à travers le monde ».

 

 

 

Dans un article déjà ancien d’une revue qui ne passe pas pour être spécifiquement de droite, le « Monde Diplomatique », le journaliste colombien réfugié en France, Hernando Calvo Ospina écrivait sous le titre « Quand une respectable fondation prend le relais de la CIA » : « En créant la Fondation nationale pour la démocratie, le président Ronald Reagan a doté Washington d’un outil moins voyant et surtout moins controversé que la CIA. Mais dont l’objectif reste le même : déstabiliser, par le financement de leurs oppositions, les gouvernements non amis » (5).

 

Nous étions alors en 2007.

 

 

En 2019, le site Médiapart qui appartient ouvertement à une filière de l’ultra gauche publie une étude circonstanciée « La NED, vitrine légale de la CIA » : « Depuis 30 ans, la National Endowment for Democracy (NED) sous-traite la partie légale des opérations illégales de la CIA. Sans éveiller de soupçons, elle a mis en place le plus vaste réseau de corruption du monde, achetant syndicats ouvriers et patronaux, partis politiques de gauche et de droite, pour qu’ils défendent les intérêts des Etats-Unis au lieu de ceux de leurs membres ». Le budget global est inconnu. On trouve trace toutefois d’un milliard de dollars dépensés en 5 ans au Liban, minuscule pays de 4 milions d’habitants. Le budget global se situe aux environs de plusieurs dizaines de millions de dollars annuellement ???

 

 

 

Le site Wikipédia qui foisonne de références justificatives nous dit : « Le financement de la NED est voté par le Congrès et figure dans le chapitre du budget du ministère des Affaires étrangères consacré à l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). De 1984 à 1990, la NED a bénéficié d'un financement annuel de 15 à 18 millions de dollars, porté à 25−30 millions de 1991 à 1993, ce financement se faisant par l'intermédiaire de l'Agence d'information des États-Unis. En 1993, la NED faillit perdre la manne du Congrès, la chambre basse ayant voté son annulation, mais une vigoureuse campagne menée par les soutiens de la NED permirent à celle-ci de retrouver son financement, porté désormais à 30−35 millions de dollars. En 2004, sur un budget de 80,1 millions de dollars, 79,5 venaient d'agences gouvernementales et 600 000 d'autres contributeurs. En 2009, la NED avait un budget de 135 millions de dollars, dont la presque totalité provenait d'agences gouvernementales américaines » (7).

En 2020, le budget avoué est de 254 millions de dollars.

 

 

Il faut bien y voir un instrument idéologiquement motivé d’interférence dans les affaires mondiales dont nous retrouvons les interventions orientées en Chine, en Biélorussie, à Cuba, en Irak, au Nicaragua, en Pologne, en Russie, en Serbie, en Ukraine, au Venezuela, au Honduras, au Tibet, toujours pour déstabiliser des Etats. Les accusations de financement de mouvements de la droite extrême en France n’ont toutefois jamais été démontrées.

 

 

NED en Thaïlande ?

 

Et la Thaïlande, vous interrogez vous  à juste titre ? Nous avons les chiffres dont ont bénéficié diverses nébuleuses pour l’année 2020 sur le site officiel de la NED, peut-on trouver mieux ? (8). Nous n’avons pas épluché ceux des autres années mais la première en ligne, l’année 2018 est plus ou moins similaire (9). C’est probablement donc de 2018 que date le soutien financier de la NED aux mouvements favorables à la démocratie dans le pays.

 

 

Ces chiffres sont proprement hallucinants au moins pour la Thaïlande même s'ils ne le sont pas aux USA:

 

133.000 dollars ont été consacrés à « accroître la sensibilisation aux valeurs démocratiques ». A quoi cette somme est-elle consacrée ? Nous sommes évidemment dans le flou le moins artistique faute d’avoir des détails : « Renforcer la capacité des militants à promouvoir la démocratie et les droits de l'homme. L'organisation coordonnera une série de sessions d'apprentissage pour les défenseurs de différentes régions du pays sur les stratégies de promotion de la démocratie et leur fournira l'espace pour piloter des initiatives de plaidoyer créatives en utilisant leurs nouvelles compétences. Les activités favoriseront également la collaboration transrégionale et intersectorielle et se concentreront sur le développement de ressources qui capturent les leçons tirées des expériences des participants. 

 

125.500 dollars sont consacrés à « Renforcer la protection des droits de l'homme et l'accès à la justice ». C’est en quelque sorte une aide judiciaire que la NED locale apporte à ses militants locaux.

 

61.000 dollars avec un supplément de 33.465 dollars sont consacrés à « La technologie civique pour favoriser des débats éclairés sur la politique et la gouvernance », la formule est complétement nébuleuse.

 

250.000 dollars sont destinés à « Favoriser une culture politique responsable et réactive » ce qui ne voudrait pas dire grand-chose si n’était cité un « International Republican Institute (IRI) » qui n’a rien de thaï et qui est officiellement une antenne de la NED.  Il faut donc en déduire que l’IRI a une représentation locale ?

 

 

60.000 dollars avec un supplément de 15.000 dollars sont destinés à « Favoriser la participation des citoyens à l'avancement de la démocratie et des droits de l'homme ». Là aussi nous n’avons pas de détail sur la manière dont cette somme a été dépensée pour favoriser ce noble dessein.

 

32.000 dollars plus 45.000 dollars sont destinés à « Promouvoir les valeurs et pratiques démocratiques ». Nous bénéficions d’un peu plus de précisions « Renforcer les connaissances des militants communautaires sur la démocratie et les principes des droits de l’homme. L'organisation organisera une série de formations ainsi que des séances de dialogue avec les communautés locales pour renforcer leur capacité à contribuer à des débats plus larges sur les politiques et les défis liés à la démocratie. Les participants jetteront également les bases de la formation d'un réseau local de la société civile qui fournira une plate-forme de coopération dans leurs efforts de construction de la démocratie ».

 

 

31.000 dollars ont pour  but de « Favoriser la compréhension et le dialogue du public sur les réformes démocratiques ».

 

77.000 dollars vont à de nébuleux « Projets de bénévolat des droits de l'homme »

 

728.300 dollars vont au « programme du travail », en réalité un soutien aux syndicats et aux travailleurs non syndiqués. C’est le plus gros poste.

 

 

 

60.000 dollars vont à l’« Assistance juridique et autonomisation des communautés à l'appui des droits environnementaux ».

 

90.000 dollars avec un supplément de 80.000 dollars aux « Plateformes médiatiques en ligne sur les problèmes sociaux, économiques et politiques critiques » c’est à  dire la propagande pour parler clair.

 

52.000 dollars encore pour « Promouvoir les droits civils et politiques et la réforme du droit ».

 

415.000 dollars « Promouvoir le dialogue communautaire entre les citoyens, les partis politiques et les représentants élus ».

Cette somme est considérable mais à quoi correspond exactement et concrètement ce jargon ?

 

55.000 dollars pour « Promouvoir les valeurs démocratiques et favoriser la pensée critique »

 

50.000 dollars pour la « Promotion des droits de l'homme dans le système judiciaire »

 

Notre région n’est pas oubliée puisque 45.000 dollars ont été alloués au site The Isaan Record, que nous connaissons, nous y reviendrons, que vient-il donc faire dans cette galère ? C’est pour « Renforcer le journalisme citoyen et informer le discours public dans le Nord-Est »

 

63.000 dollars pour « Renforcer la société civile pour promouvoir la démocratie »

 

177.500 dollars pour « Renforcer la collaboration pour la démocratie »

 

41.000 dollars pour « Renforcer la démocratie et la défense des droits de l'homme »

 

70.000 dollars pour « Renforcer l'engagement de la base dans la promotion de la démocratie »

 

80.000 dollars pour « Renforcer la couverture médiatique de la démocratie et des droits de l'homme »

 

32.700 dollars pour « Renforcer la capacité des militants à s'engager dans la construction de la démocratie »

 

72.000 dollars pour « Soutenir l'engagement de la base dans la promotion de la démocratie »

 

70.000 dollars encore pour « Soutenir les médias indépendants »

 

47.500 dollars pour « Aider les communautés locales à plaider pour la protection des droits de l'homme »

 

100.000 dollars pour « Soutenir la participation citoyenne dans la promotion de la démocratie »

 

Si nos additions sont bonnes, il y en a plus de un million et demi de dollars  soit près de 50 millions en bons baths de chez nous.

 

Le moins que l’on puisse dire est qu’il y a un manque de transparence dans l’utilisation des millions de baths versés aux frais des contribuables américains. Notons que si le budget annuel de la NED est de 254 millions de dollars, la part de la Thaïlande est donc de peu de poids.

 

 

ISAAN RECORD

 

L’exemple est typique. Le journal publie de nombreux articles en thaï et en anglais sur la culture de l’lsaan en général tout en manifestant le désir de voir le pays évoluer  vers plus de démocratie.  Je le consulte toujours avec intérêt même si ses options ne sont pas toujours les miennes. Il clame haut et fort son attachement au régime monarchique. Soit.

 

Mais, comme les syndicats financés par la NED, est-il conscient de l’origine de la subvention qu’il reçoit ?

 

Doit-on avoir le sourire béat de la bonne conscience ? Des milliers de militants bénévoles mais crédules sont-ils conscients de bénéficier de soutiens financiers  d’origine à tout le moins douteuse ?

 

 

 

 

Par ailleurs, avoir la « tripe » démocratique ne signifie nullement que ce soit pour une démocratie à l'américaine !

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires