Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Bernard, retraité, marié avec une femme de l'Isan, souhaite partager ses découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires, culturelles, politiques,sociales ...et de l'actualité. Alain, après une collaboration amicale de 10 ans, a pris une retraite méritée.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 04:04

 

Copy of preahvihear proposed for inscription on unesco Que vient faire Google Earth au temple de Preah Vihear ? 

 Le gouvernement cambodgien a envoyé le 4 février dernier une lettre peu amène au géant américain de l’Internet Google, pour dénoncer l’application Google Earth qui fait figurer « une bonne partie » du Temple Khmer de Preah Vihear en Thaïlande.

 

Cette lettre précédait la visite le dimanche suivant du Premier ministre cambodgien Hun Sen. Tout cela n’a pu que raviver la « tension » entre les deux voisins qui clament tous deux l’appartenance de ce temple du 11ème siècle à leur territoire national, tension à laquelle la France n’est pas totalement étrangère.


Le porte parole du gouvernement cambodgien, Phay Siphan, a déclaré à l’agence de presse allemande DPA qu’il avait envoyé une première lettre à Google il y a trois ans, pour lui demander de remédier à cette difficulté mais qu’il n’avait pas été honoré de la courtoisie d’une réponse.


Le 4 février, il s’est rappelé au bon souvenir du géant de Mountain View en des termes vigoureux : il appelle ainsi Google à modifier la démarcation de la frontière, jugeant « radicalement trompeur et totalement aberrant » le tracé retenu par Google Earth, qui place près de la moitié du temple en Thaïlande. Surtout que son Territoire avait déjà été « grignoté » – dit-il- par le royaume de Siam et le Viêt-Nam, au 19ème siècle sous le protectorat de la France, puissance coloniale contrôlant l’Indochine à cette époque.


En 1904, la France et le Siam se réunissaient ainsi pour trouver une frontière. Les Français ont alors déterminé un plan précis suivant la crête du massif montagneux de Dângrêk que les autorités siamoises de l’époque signèrent sans objection.


Le coeur du litige est justement que la France a intégré le temple de Preah Vihear dans le territoire cambodgien alors que celui-ci se situe pour partie sur le versant Thaï du massif.

 

Durant la période de la présence française en Indochine, les questions frontalières connurent une certaine stabilité. Chaque pays, se basait alors sur les cartes et les tracés établis par la puissance protectrice. Il n’en fut plus de même lors de la décolonisation. La Thaïlande prit possession du temple jusqu’à ce que la Cour internationale de Justice l’attribue au Cambodge en 1962, en s’appuyant sur les plans français, et au motif que la règle de la crête du massif « n’était que verbale et destinée à aider au tracé ».  N’épilogons pas sur le caractère extravagant de cette motivation. Bonne ou mauvaise, légitime ou pas, ce n’est certes pas à Google d’en juger !

 

Prémonitoires furent les paroles du Général De Gaulle à Phnom-Penh le 1er  septembre 1966 : « Cambodge… une terre féconde, aux frontières vulnérables, entourée d’ambitions étrangères et au-dessus de laquelle le péril est sans cesse suspendu » ?

 

Les tensions entre la Thaïlande et le Cambodge auraient pu s’apaiser lorsque les deux pays trouvèrent un compromis, la première reconnaissant l’appartenance du temple au Cambodge pendant que ce-dernier conférait un accès libre aux Thaïs depuis leur versant du massif.


Mais la querelle ressurgit en 2008, lorsque le Cambodge souhaita faire entrer Preah Vihear au patrimoine mondial de l’UNESCO. Une décision soutenue par le gouvernement Thaï d’alors, encore dévoué à l’ex-premier ministre Thaksin Shinawatra, en exil depuis le coup d’état militaire de 2006 et sa"condamnation" pour corruption.

 

Il n’en fallait pas plus aux opposants du Parti Démocrate pour faire peser sur le gouvernement des accusations de corruption et de vente du territoire national.

Coïncidence ou pas, Thaksin Shinawat, richissime homme d’affaire et politicien mégalomane, a un projet de construction d’une ville nouvelle au Cambodge. C’est ce qui a fait naître dans l’esprit de nombreux Thaïs des soupçons de trahison à l’encontre de l’ex-premier ministre. Des doutes renforcés en octobre 2009 lorsque Thaksin revint aux affaires… quand le Cambodge lui confia un rôle de conseiller économique.


Et Google dans tout ça me direz-vous ? La carte de Google Earth, qui montre la ligne de frontière en jaune passant au milieu du temple, est « contraire à la réalité, fausse, professionnellement irresponsable, voire prétentieuse » affirme le porte-parole du gouvernement cambodgien.


Dans tous les cas, et après son esclandre chinoise, Google n’en finit plus de faire dans la politique. Faut-il tempérer en estimant que cette « erreur » de délimitation pourrait n’avoir rien de volontaire ?

 

Rien n’est moins sûr...

 

Google n’en est pas à sa première facétie géographique ou géo-politique !

 

Un autre exemple ? Le Qatar a été désigné comme médiateur dans un conflit frontalier concernant l’Erythrée et Djibouti il y a trois ans, consécutif (encore) à la délimitation frontalière coloniale. Les qualités diplomatiques de l’émissaire quatari ont heureusement réglé cette question..... hors toute référence à Internet !

 

Google, ce n’est ni la Loi ni les prophètes ni les saintes-écritures. Ne citons que pour mémoire les nouvelles poursuites engagées par la Commission européenne en février dernier, qui a ordonné une enquête pour déterminer si le moteur de recherche ne trafiquait pas un « tantinet » ses résultats et ses algorithmes. Va-t-on parler de bonne foi ?

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 04:05

islam 02Après notre Article 12 : Terrorisme ou insurrection séparatiste dans le Sud ? , nous pouvions nous demander comment devenir un « terroriste islamique ».

Des propos d’un ami n’expliquent certes pas ce que peuvent penser tous les  terroristes du monde, mais il indique pour le moins ce qu’un « ismalophile» français, en tous cas un français effaré de l’islamophobie galopante qui pollue le prochain débat électoral français, peut penser :


  

Il commence ainsi :


"L'islam est devenue la spiritualité des révolutionnaires au service de la vérité et de la justice contre le nouvel ordre mondial. Cet islam-là existe dans le coeur de chaque être humain, il suffit de l'écouter. Si les catholiques et les bouddhistes le comprennent et font alliance avec les musulmans au lieu d'en avoir peur, la partie est gagnée ! Les manifestations agressives de l’Islamisme sont le fruit amer des idéologies occidentales semées en terre d’orient, tout autant que de la thaïfication semée dans le sud, culte de la nation, de l’identité culturelle, des critères occidentaux, fruits de la « pensée unique » visant à établir ici-bas la « société idéale ».


Il s’explique : 

« Notre » Occident a converti le monde entier au règne de l’argent, à la religion de la consommation à outrance et du rendement, au fétichisme de la marchandise, au culte de la productivité et à l'intégrisme du Progrès, le tout accompagné d’un écrasement impitoyable des cultures traditionnelles (la Thaïlande en est un magnifique exemple) et de la promotion d’une imbécillité générale mise au service d’une dictature mondialiste en devenir.


Il donne des arguments 

Qui réagit aujourd’hui à cette décrépitude occidentale ?

Qui a précieusement conservé, comme un diamant, un haut degré de spiritualité qui s’oppose radicalement à la dictature de l’argent ? L’islam ! Dans l’islam, Dieu seul possède. Le Coran condamne sans réserve celui « qui amasse des richesses et qui les compte » et la sagesse musulmane lutte chaque jour contre l’usure, contre la thésaurisation, contre l’accumulation inégalitaire des richesses. Par l interdiction du riba, le fric gagné sans travail. Par l’institution du zakât, le prélèvement sur le capital qui a pour mission de purifier la richesse.

Si on demande tant, depuis longtemps, à l'islam de s'occidentaliser, c’est pour qu’il entre dans le Système, qu’il accepte les diktats du FMI et en croque à son tour. Qu’il renonce à ses préceptes pour cesser de résister. Et pourquoi le somme-t-on de le faire d’une façon si rude et inhumaine ? Parce qu'il ne peut pas, par essence, s’assimiler à ce mode de vie décadente, sauf à se renier totalement comme certains pays dits islamiques et renégats l’ont fait. Il y a bien sûr des résistants dans toutes les religions, y compris dans le bouddhisme et le judaïsme, mais aujourd’hui aucune religion plus que l’islam n’est à ce point opposée au modernisme dans ce qu’il a de plus bas et veule. Par conséquent, aucune révolution d’envergure ne se fera sans l’islam, devenue l'avant-garde de toutes les contestations du monde présent.


Il donne des exemples : 


Les jazzmen américains l’avaient compris très tôt ; comme Malcolm X, évidemment ; comme Mohamed Ali, même s’il a depuis baissé sa garde. On le constate aujourd'hui en France, c’est l’islam qui est en train (même malgré lui !) de secouer la société française ronflante
. 

Et si, d'après moi, les musulmans doivent s'allier aux bouddhistes et aux catholiques, c'est parce ceux-ci, s'ils ont le courage de revenir à leurs valeurs d'origine, sont également des révolutionnaires dans l'âme : il y a du Saint-Just chez Jésus quand il chasse au fouet les marchands du Temple ! Depuis l’affaire Williamson, Benoît XVI (à qui les sionistes ne pardonnent pas non plus de vouloir béatifier le vénérable Pie XII, pour qui le grand rabbin de Rome s'était pourtant converti à la religion catholique en 1945, en remerciement de ce que le Pape avait accompli pour sa communauté durant la guerre) est devenu leur ennemi irréductible à son corps défendant, bien qu'il ne cesse de leur donner gage sur gage.

Et, bien sûr, il va citer des paroles de Dieu ; aujourd’hui l’Evangile, demain le Coran ? : 

Et puis, il n’y a rien à faire : l’Évangile de saint Jean leur reste en travers de la gorge ! Et combien d’autres paroles du Christ, d’ailleurs ! Tiens, au hasard : Matthieu 23, 33-35 : « Serpents, engeance de vipères ! comment pourrez-vous échapper à la condamnation de la géhenne ». Luc 9, 41 : « Race incrédule et perverse, jusqu’à quand serai-je avec vous et vous supporterai-je ? ». Et encore Jean 8, 44 (c’est toujours Jésus qui s’exprime) : « Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui ; quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur et père du mensonge. 

Qui fustige Saint Jean ?  Tout simplement les « marchands du temple », les tentacules de l’argent envahisseur. Aujourd’hui, ce sont ceux qui sont responsables de plus d’un million de morts en Irak pour le plus grand bénéfice des compagnies pétrolières anglo-américaines, qui assistent sans broncher au massacre des bouddhistes birmans pour la plus grande gloire de Total et qui s’interrogent sur le point de savoir comment récupérer le pétrole lybien que Khadafi, avant de devenir fou, avait nationalisé.

 


 



 


 

Certes certaines idées sont à prendre en compte : les marchands du temple sont toujours présents, le monde « occidental » a aussi sa part de responsabilité dans la marche du monde , mais de là à penser qu’ « aucune révolution d’envergure ne se fera sans l’islam, devenue l'avant-garde de toutes les contestations du monde présent » !!!

Et pourtant, je peux vous assurer que cet  ami est « intelligent », « cultivé », « Français », de religion catholique, alors imaginer un habitant des provinces du Sud de la Thaïlande, avec son Islam, sa langue, ses traditions « malaises », et qui a eu à partie avec l’Armée thaïlandaise et qui entend le prêche d’un Iman « révolutionnaire »....

Oui, nous n’avons pas fini de parler d’un « terrorisme » islamiste.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 04:02

censure 2 Notre article 14 dénonçait la censure en Thaïlande, il nous a paru « honnête » de signaler que : Dans son bilan sur la liberté d'expression sur le Net, la France est placée "sous surveillance" par Reporters sans frontières  

Tunisie, Egypte, Algérie, Iran…A l’heure de multiples soulèvements populaires, Reporters sans frontières a publié un bilan de la situation de la liberté d’expression en ligne dans les 10 pays qualifiés « d’ennemis d’Internet » et les 16 pays « placés sous surveillance ».

Triste privilège : à l’occasion de la Journée mondiale contre la cyber-censure organisée par RSF (12 mars 2011), la France est désormais classée dans cette dernière catégorie.


Pourquoi cette distinction ?

La France vient d‘être placée sous surveillance par Reporters Sans Frontières, cela à l’occasion de la Journée de la cyber-censure de ce samedi 12 mars 2011. Voici une “étiquette” dont le pays des Droits de l’Homme se serait bien passé, et la France rejoint du coup des pays comme la Corée du Sud, la Lybie, la Malaisie, ou le Sri Lanka (pour ne citer qu’eux). RSF part du principe que de nombreux médias traditionnels sont sous la coupe des gouvernements, et que ces derniers n’ont pas de pouvoir sur cet espace de liberté et d‘échange qu’est Internet. Ils peuvent alors mettre en place un filtrage et un tas d’outils pour contrôler le Web… ou pas.

Reporters Sans Frontières (RSF) fait une distinction entre les ennemis d’Internet qui sont les pays jugés comme les plus répressifs envers Internet et les pays sous surveillance. Dans l’attirail répressif des pays “ennemis d’Internet”, on trouve un filtrage des contenus très prononcé, des moyens mis en place pour pourchasser les cyber-dissidents, de la propagande en ligne et des difficultés manifestes d’accès à Internet. Parmi les pays qualifiés “d’Ennemis d’Internet”, on trouve la Corée du Nord, Cuba, l’Iran, l’Ouzbékistan, la syrie, le Turkménistan, le Viêt-nam, l’arabie saoudite, la Birmanie et la Chine.

Pour les pays mis sous surveillance comme l’est désormais la France, on constate généralement qu’ils ont pris des mesures risquant d’avoir des conséquences négatives pour la liberté d’expression en ligne et l’accès à Internet.


Voici quelques éléments pour comprendre cette entrée remarquée de la France dans ce classement de Reporters Sans Frontières :

  • le cambriolage de rédactions de médias en ligne qui enquêtaient sur des dossiers sensibles tels que l’affaire Woerth/Bettencourt, ou la géolocalisation de sources qui enquêtaient sur l’affaire Karachi. La protection des sources des journalistes semble remise en cause.
  • le cambriolage des locaux du site web Rue89 avec le vol d’une vingtaine d’ordinateurs de journalistes
  • les pressions exercées par le gouvernement sur OVH qui héberge le site WikiLeaks
  • la mise en place de la Loi Hadopi qui prévoit de couper l’accès à Internet en cas de récidive de téléchargement illégal. Or, selon RSF, l’accès à Internet est un droit fondamental que ce soit sur le plan de l’information ou de l’expression. Le rapport rappelle que “L’association de défense des libertés en ligne, la Quadrature du Net, qualifie Hadopi de machine à punir ratée, qui mérite un zéro pointé pour son impact sur la culture et le réseau Internet.” RSF précise que cette loi ne prend pas en compte l‘évolution des pratiques de téléchargement, notamment avec le streaming que Hadopi ignore et qui pourtant représente une part importante du téléchargement illégal en France.
  • l’excès de zèle potentiel de la Loi Loppsi 2 qui prend le prétexte de la lutte contre la pédopornographie pour mettre en place un filtrage d’Internet. En bref, “l’article 4 de la loi institutionnalise un filtrage administratif du Web, sans décision de justice. L’article 2 risque de criminaliser l’utilisation de pseudonymes sur Internet, et l’article 23 permet l’organisation de cyberperquistions.” RSF s’interroge sur les différents degrés de filtrage et sur les sujets qui pourraient faire l’objet d’une surveillance de la part de l’Etat français. “Selon l’association de protection de l’enfance L’ange bleu, qui lutte contre la pédophilie, la Loppsi est une loi inefficace, contre-productive et dangereuse, qui utilise la protection de l’enfance comme un cheval de Troie du filtrage généralisé de l’Internet. L’expérience australienne a pu malheureusement donner quelques enseignements qui vont dans le sens d’un abus du filtrage.
  • Eric Besson, le Ministre chargé de l’Industrie, de l‘Énergie et de l‘Économie numérique, envisage une “régulation du trafic et à l’abandon du principe de neutralité absolue du Net”.

Source : Mémoclic

Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 04:07

censure 2  Aujourd’hui, des milliers de sites Internet sont censurés en Thaïlande


“En réalité, je ne suis pas au-dessus de la critique. Je ne la crains pas si elle concerne ce que je fais de mal.C'est grâce à cela que je pourrai le réaliser.Car, si vous dites que le roi ne peut être critiqué, cela veut dire que le roi n'est pas un homme.” 

Rama IX, roi de Thaïlande, 5 décembre 2005 

------------------------------------

1/  Déjà en février 2009, Reporters sans frontières signalait dans un rapport "Censure et emprisonnements : les abus au nom du crime de lèse-majesté en Thaïlande” :

Aujourd’hui, des milliers de sites Internet sont censurés en Thaïlande. La peur règne dans les milieux intellectuels […] Depuis le 20 décembre 2008, un nouveau gouvernement dirige la Thaïlande. L’une de ses priorités est de réguler la Toile. Un peu plus d’un mois après son entrée en fonctions, près de 4 000 sites Internet ont été bloqués en raison de leur “contenu portant atteinte à la monarchie”. Selon le ministère de la Justice, 10 000 sites comporteraient des commentaires et des articles critiquant la monarchie


censure2/  Internet : présumé coupable

 

Internet est devenu un moyen de communication populaire. Ainsi, environ 14 millions de Thaïlandais sont connectés quotidiennement. Mieux, il est devenu, on le voit actuellement au Maghreb et au Moyen Orient, un outil très efficace pour l’exercice de la démocratie, face aux dictatures, un espace de libre expression. En Thaïlande, le pouvoir issu du Coup d’ Etat de 2006 l’a bien compris et a promulgué en 2007, une loi spéciale relative à Internet, le Computer Crime Act.

 

En vertu de cette loi, les fournisseurs d'accès à Internet doivent conserver les informations individuelles des internautes pendant 90 jours. Les autorités ont le pouvoir de vérifier ces informations sans aucun contrôle judiciaire. Mais elles l’utilisent surtout pour faire taire toute opposition, en  détournant la loi punissant le crime de lèse majesté.

 

3/ « La Fondation iLaw de Thaïlande a découvert en décembre 2010 que 185 personnes ont été mises en accusation par la Loi contre les Crimes Informatiques sur une période de quatre ans. Le gouvernement thaïlandais utilise systématiquement cette loi pour arrêter des internautes thaïlandais. Le professeur David Streckfuss estime que toute charge de lèse-majesté résulte en un taux de condamnation de 98% et entrainé des peines allant jusqu'à 18 ans de prison. Il estime le nombre d'arrestations de ce type à 172 pour la seule année 2009.
De plus, la Thaïlande a bloqué 425 296 pages web au cours de la période de loi martiale, du 7 avril au 22 décembre 2010, par décret d'urgence.
Prachatai fut parmi les premiers sites bloqués. Aucun de ces sites n'a été débloqué depuis l'expiration des pouvoirs spéciaux. iLaw estime que ce nombre augmente d'approximativement 690 nouveaux blocages de sites par jour » (cité par Franc-Thaï, Lek Isan du 17/02/2011).

 

4/ Même si des centaines d’internautes risquent d’être jugés prochainement, le procès de Chiranuch Premchaiporn, surnommée Jiew fait figure de symbole, d’exemple  ( Cf. le compte rendu du procès in , site FRANCO – THAÏ du 17/02/2011)

 

Chiranuch est une signataire fondatrice du groupe Liberté Contre la Censure en Thaïlande (LCCT) et une activiste du Réseau des Internautes Thaïlandais

[…] Le procureur a ouvert l'affaire du gouvernement thaïlandais contre Chiranuch, webmaster du seul portail d'actualités indépendant en Thaïlande, Prachatai.com.
Chiranuch a été accusée de dix violations de la draconienne et anticonstitutionnelle Loi sur les Crimes Informatiques du pays qui fut la première loi à être passée par la législature du coup d'état militaire en Thaïlande en 2007
.

 

Chiranuch n'a pas été accusée pour avoir fait de tels commentaires [de lèse-majesté] elle-même. En fait, elle risque la prison pour des billets et des commentaires publiés sous pseudonyme sur la page de discussion publique du site Prachatai au milieu de l'année 2008, bien qu'elle n'ait pas été arrêtée avant mars 2009.
Chiranuch a été accusée car elle n'aurait pas réussi à effacer suffisamment vite (11 jours) des commentaires jugés crimes de lèse-majesté du site Prachatai, alors qu’ elle n a même  pas été prévenue par les Autorités.

Ainsi, elle est jugée pour des propos qu’elle n’a pas tenus . Pire « Les critères que les autorités retiennent pour bloquer ces sites ne sont pas connus. »

 

Aree Jivorarak, chef du Bureau de Régulation du Ministère des Technologies de l'Information et de la Communication (MTIC), lors du procès, à qui on demandait :

 

qui au gouvernement décide exactement du fait que le contenu [d'un site web] est illégal et quels critères sont utilisés pour juger un tel contenu comme étant de lèse-majesté, le témoin est devenu de plus en plus vague. Il a déclaré que de telles décisions étaient prises par un comité composé de différents ministres et de la Police Royale Thaïlandaise. Cependant, il a été incapable non seulement de nommer les membres du comité ou leurs services spécifiques mais il n'était pas sûr de ce que faisaient les services eux-mêmes.

abisit 2ET le premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva devant les membres du Réseau des Internautes Thaïlandais en décembre 2009  avait déclaré que la Loi contre les Crimes Informatiques ne serait jamais utilisée pour supprimer les médias citoyens ou la liberté d'expression publique.
Il a publiquement commenté au moins trois fois l'affaire Prachatai, déclarant que l'arrestation de Chiranuch était ‘la plus regrettable' de son mandat, promettant de se pencher sur ce cas et, exprimant finalement de la surprise sur le fait que le procès contre Chiranuch n'ait pas été abandonné



5/ A ce stade, on peut se demander qui accuse  qui ? Au nom de quelle loi ?  de quels critères ?

 

Peux-ton accuser quelqu’un qui n’a  pas écrit  les propos incriminés.  Cela  pose une question légale cruciale mais pas encore résolue. La Loi contre les Crimes Informatiques considère-t-elle les liens comme criminels? les commentaires autorisés ? et qui doit faire et comment, le travail de censure ? Est-ce aux webmasters de faire ce travail ? aux autorités judiciaires ou au gouvernement ?

 

A-t-on le droit de critiquer les mesures gouvernementales ? de rappeler que, comme ce journaliste brésilien :

 

En 2006, un coup d'Etat militaire a renversé le gouvernement qui avait remporté trois élections démocratiques en 2001, 2005 et 2006. L'armée a gouverné jusqu'à la fin de 2007. L'ancien parti au pouvoir a été dissous, et ses dirigeants ont été empêchés de participer à la vie politique.
Malgré cela, lors des élections qui ont eu lieu à la fin de 2007, un parti allié à celui qui avait gouverné avant le coup d'Etat, a gagné une majorité et a été en mesure de former un gouvernement. Cependant, à la fin de 2008, une cour constitutionnelle - composé exclusivement de juges choisis par les militaires - a dissous les trois partis de la coalition au pouvoir, et interdit à leurs dirigeants de participer à la vie politique pendant cinq ans
.
Traduit de http://www.estadao.com.br/estadaodehoje ... _imp682011, 0.php (Cité par Franco-Thaï le 4/3/2011)

 

Et qui s’interroge sur la légitimité du  gouvernement Abhisit pour présider  le Conseil des Droits de l’Homme à l’ ONU en octobre prochain ?

 

 

 

Ai-je le droit même de donner des sites qui veulent défendre la libre expression et la liberté sur internet :

 

- Le site du Thai Netizen Network (principalement en thaï) publie des informations

concernant l'état d'Internet dans le pays. Cette association thaïe, créée en 2008,

est à l'origine de l'initiative d'un dialogue avec le Premier ministre concernant les libertés

individuelles dans le pays. Elle veut également fonder un collectif d'avocats qui permettra

aux internautes d'être défendus en cas de plainte.

http:// www.thainetizen.org

- Le site d'informations Prachatai (en thaï et anglais) publie des informations relatives

aux mouvements sociaux en Thaïlande. C'est un site d'actualité qui analyse la situation

du pays. Ses journalistes ont également publié une interview de l'étudiant Chotisak

Onsoong (http://www.prachatai.com/english/news.php?id=607). Il a été censuré plusieurs

fois dans pays.

http://www.prachatai.com

- Le site de défense des libertés sur Internet, Freedom against censorship in

Thailand (FACT), est un site d'information consacré aux problèmes de filtrage dans

le royaume. Animé par l'Australien CJ Hinke, il publie ses informations en anglais.

http://www.facthai.wordpress.com

- Le blog New Mandala de Nicholas Farelly, responsable des études asiatiques à

l'université nationale d'Australie, publie des articles sur la situation actuelle du pays.

http://www.rspas.anu.edu.au

- Le blog de Jotman (en anglais), a été reconnu comme l'une des sources les plus intéressantes sur la région. Basé à la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie, Jotman

apporte un regard différent sur ces deux pays. Il est également lauréat du "Prix spécial"

2007 de Reporters sans frontières du concours international de blogs (les BOBs)

organisé par la Deutsche Welle, en Allemagne. http://jotman.blogspot.com/

- Le site Internet Thaï political prisoners dresse la liste des victimes d'abus du

pouvoir. Les cas présentés dans ce rapport y figurent également :

http://thaipoliticalprisoners.wordpress.com/Thaïlande

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 04:05

Nationalisme-V03-cestmondrapeau Le nationalisme et l'école?

Sujet intéressant  d’un article intitulé « Thaïlande : le complexe de l’altérité »  écrit par un chercheur thaï, Waruni OSATHAROM, (chercheur au Thai Khadi Research Institute, Thammasat University, Bangkok).

            « Depuis 1932 et le coup d’État qui a mis fin à la monarchie absolue, les

manuels scolaires thaïs ne se sont pas départis de leur fibre nationaliste. Ils n’ont

d’autre choix que de se conformer à la politique déterminée par le ministère de

l’Éducation .»


 1/ Nous avons déjà montré dans des articles précédents que les Laos de l’Isan sont devenus Thaïs par la mise en oeuvre d’une idéologie, la Thaïness, efficace et  continue depuis Rama V. Elle a pris bien sûr de formes diverses, en accord avec les enjeux historiques et politiques de chaque époque.

Nous savons, nous autres Français,  depuis Jules Ferry que l’école est le principal « média » pour inculquer le nationalisme : une Nation , une langue, un Régime (modèle) politique, des valeurs fondamentales.

 

2/Rappel :

 

Nous avions dit dans notre 1 er article que « La Thaïness a servi aux «aristocrates» et aux élites urbaines des Thaïs siamois à construire « l’unité » de la Nation thaïe et à légitimer leur pouvoir sur le dos des identités régionales, que l’on considérait comme « cadettes » dans le meilleur des cas mais le plus souvent inférieures, incultes, paysannes ».  Son « efficacité » s’appuyait sur le caractère «sacré» du roi, le bouddhisme, et les médias.

 Notre article 9 sur le nationalisme était encore plus précis et montrait son inscription dans l’histoire depuis Rama V (1868-1910) qui avait  engagé le processus d’unification de la nation thaïlandaise et, en parallèle, la modernisation du royaume sur le modèle occidental… En 1938, le premier ministre et commandant des forces armées,  Phibun avait donner une nouvelle couleur au nationalisme thaï, changé le nom du pays, le Siam en Prathétthaï, instauré un  nouvel hymne national : « Le pays thaï, c’est l’union du sang et de la chair des hommes de race thaïe », imposé la langue des Thaïs Siamois (langue de Bangkok) aux minorités ethniques, les Laos de l'Isan, les tribus montagnardes, et les musulmans du sud.

 

Notre article 12 (Terrorisme ou insurrection séparatiste dans le Sud) constatait que la Thaïness  avait réussi en Isan et échoué dans le Sud.

 

 

 

3/ M. Osatharum confirme  donc que ;

C’est sous Rama VI, en 1910, qu’est mis en place un système complet

d’éducation et que l’on introduit l’étude des pays voisins par le truchement des

chroniques thaïes. Leitmotiv : la Birmanie est l’ennemie héréditaire de la Thaïlande,

et  le Laos et le Cambodge sont des colonies. L’élite et les classes

moyennes s’ouvrent par la suite davantage aux apports extérieurs et un peu aux pays étrangers par le biais d’un manuel d’histoire publié en 1928, synthèse entre le travail académique occidental et la chronique thaïe à fort accents nationalistes. Mais les auteurs ont surtout pour objectif de développer le patriotisme et le sens de la souveraineté thaïe, leur thèse fondamentale étant que, si la Thaïlande n’a jamais été colonisée, c’est en raison de la bravoure de sa population et de ses rois-héros.

 

 

 

Ensuite, du coup d’Etat de1932  au régime nationaliste du maréchal Pibul Songkhram (1938-1942, 1948-1957), au  militariste Sarit Thanarat (1957-1963), au  maréchal Thanom Kittikachorn (1963-1973) et au nationaliste  extrême Thanin Kraivichien (1976-1978),   les manuels sont invariablement imprégnés d’une même idéologie :

 

L’école sert à élever la conscience des jeunes et à leur inculquer la loyauté

envers les « valeurs fondamentales », les trois « piliers » de l’État : monarchie, religion – exclusivement bouddhiste –, nation, la Thaïlande apparaissant systématiquement comme le seul pays libre de la région. Seul changement par rapport à l’avant-1932 : l’apparat critique nationaliste et raciste qui, jusqu’aux années 1960, encadre les manuels de géographie.

 

Dans les années 1960-1970, l ’enseignement devient une arme de guerre contre le communisme . Une attention particulière va à la Chine et au Viêt-nam, dans la mesure où la Thaïlande doit précisément servir de rempart à leur expansion, les plans quinquennaux lancés à partir de 1961 ayant pour fonction de consolider la situation intérieure du pays. Quant à l’école, elle fournira de bons citoyens à la démocratie

militarisée …

 

Les pédagogues  , dans le manuel destiné au huitième degré , vont faire commencer l’histoire thaïe au XI ème siècle, lorsque, fuyant l’invasion chinoise, les Thaïs fuient la Mongolie, leur terre d’origine, en direction du sud et des terres de Suwannaphum, ou « péninsule dorée », espaces fertiles habités par les Môn et les Khom, ou anciens Khmers;

 

Ils accréditent l’idée que le Roi envoie des gouverneurs pour administrer Lop Buri et contrôler Sukhotai. En 1240 (?), un groupe de Thaïs s’empare de Sukhotai et en chasse les Khmers. Bang Klang Thao, l’un de ses chefs, sera proclamé roi sous le nom de Sri Indraditya et que les  seigneurs de la guerre,  sont des exemples à suivre  et symboles du combat pour l’unité nationale…

 

 Mais M. Waruni est assez confus  et n’explicite pas suffisamment comment les manuels réécrivent l Histoire en essayant de faire croire qu’il y a une passation directe entre le Royaume de Sukkothaï et d’  Ayutthaya et ensuite du Royaume de Siam.

 

« En août 1997, l'historien Michael Wright (décédé en 2009) écrivait dans The Nation : « En ce qui concerne l’histoire et la culture, la Thaïlande ressemble fort aux pays communistes en ce sens que ces deux matières y sont propriétés de l'État. On ne peut que déplorer une telle situation qui voit toute recherche originale ignorée ou rejetée si elle n'avalise pas la version officielle »(cité par Xavier Galland).

 

Nous ne pouvons que recommander la série d’articles que Xavier Galland  a publiée dans le mensuel Gavroche sur les royaumes  de Sukkhotaï et d’Ayutthaya :

 

« À la lecture d’un guide touristique ou d’un manuel scolaire thaïlandais, on apprend généralement que la ville d’Ayutthaya fut fondée en 1350 et qu’elle devint la seconde capitale du Siam après Sukhothai ».

 

« De fait, soucieuse d’échapper aux appétits coloniaux européens et de promouvoir les sentiments nationalistes dans la population, l’historiographie officielle thaïlandaise a toujours tenté d’accréditer l’idée d’une nation unifiée depuis longtemps et donc d’une passation de pouvoir quasi-directe - une sorte de filiation - entre Sukhothai et Ayutthaya. Cette thèse a d'ailleurs fait école à l’étranger puisqu’au moment même où j’écris ces lignes j’ai sous les yeux un article écrit par un chercheur états-unien qui commence par la phrase « Ce n’est qu’après le transfert de la capitale de Sukhothai à Ayutthaya en 1350 que (...)

 

 

Au début des années 1970, les enfants apprennent que les groupes ethniques

ayant migré à partir du Laos et du Viêt-nam vers la Thaïlande sont « étrangers »

à celle-ci. Et arriérés, parce qu’ils viennent – seule explication fournie – de pays

communistes. Mais les non-Thaïs sont plus généralement classés en fonction de critères raciaux  et entretiennent en conséquence des rapports variables avec

les Thaïs : Indiens, Pakistanais et Arabes sont déclarés consciencieux et appliqués

; les Japonais démontrent leurs capacités dans la grande entreprise ; les

Occidentaux se caractérisent par leur aptitude à l’administration et leurs compétences

en matière de commerce, et sont à l’origine des organisations internationales.

Mais on invite les enfants à se méfier de tous.

Reste en suspens l’épineuse question des Chinois, composante essentielle de

la population, que, à partir de 1967, on ne présente plus comme les « juifs de

l’Orient  » ; mais comme assimilés, industrieux et réussissant  dans nombre de

domaines.

 

Le tournant des années 1970

 

Des manuels plus libéraux sont édités durant la période qui suit le départ, le

14 octobre 1973, des dictateurs militaires Thanom et Praphat. L’enseignement

est profondément réformé et les programmes doivent désormais former à l’analyse

et à la créativité : il s’agit maintenant de mieux comprendre la société et

d’être en mesure d’agir sur le monde. Le nationalisme dur est abandonné, et

même si l’on continue de faire l’apologie des rois-héros nationaux thaïs, l’histoire

des autres États de la région – mouvements et personnages – est évoquée.

 

Avec certes une réserve : les Thaïs, qui n’ont pas été colonisés, s’intéressent

peu à ce qu’a pu être le colonialisme et les  mouvements de libération

nationale ou à la décolonisation avec  son cortège d’horreurs. Cela entraîne, sur

le plan historique, un rétrécissement du champ régional. Ce qui s’applique d’autant

à l’Occident, dont l’étude restera confidentielle dans les universités en

raison de l’image négative qu’en a la population.

 

Régression

Après le coup d’État sanglant des militaires, le 6 octobre 1976, arrive au

pouvoir le très conservateur Thanin Kraivichien (1976-1977). Le ministère

lance deux ans plus tard un plan national pour l’Éducation. Bien que l’on annonce vouloir combattre l’élitisme et rendre l’école accessible à tous, l’objectif

redevient le respect fondamental, des trois piliers  et le retour au nationalisme radical.

 

En 1979, le Department of Curriculum décide de réviser en profondeur Nous

et nos voisins, le manuel rédigé en 1960 pour l’école élémentaire : mais on remarque un retour à un anticommunisme militant et une dénonciation des

« étrangers » issus des pays communistes, qui menacent de saper les « trois

piliers » (la Thaïlande était alors, de fait, confrontée au problème de la guérilla

des intellectuels réfugiés en espace montagneux ). Cette ligne dure dominera

jusqu’en 1981.

 

 

L’époque contemporaine

 

La tradition nationaliste persiste en dépit de la fin de la guerre froide, et les

révisions des programmes de 1978 et de 1981 n’ont pas contrarié cette tendance

de longue durée. Les objectifs des plans nationaux de développement arrêtés ces

mêmes années, qui semblaient traduire la volonté de mettre en place une pédagogie

d’apprentissage autonome de la lecture, une décentralisation administrative

et l’étude de terrain à l’échelon local, n’ont pas modifié l’approche générale

: conscience nationale ; sécurité du pays ; les « trois piliers ».

 

Les affaires intérieures continuent donc de primer sur les matières touchant à la région ou, a fortiori, au reste du monde.

 

Le programme de 1990, cependant, innove dans une certaine mesure. En

effet, si l’enseignement de l’histoire thaïe reste ancré dans les considérations des

années 1960, par contre, les manuels en sciences sociales Évoluer et vivre, Notre

monde, Notre continent, Nos voisins, présentent un contenu à double entrée.

D’une part, on y trouve l’information géographique, économique et démographique. D’autre part, on y traite de l’histoire contemporaine de l’Asie du Sud-Est,

qui va de la Seconde Guerre mondiale à nos jours et inclut les mouvements

nationalistes, les transformations politiques et les conflits régionaux durant la

guerre froide.

Ce contenu à double entrée fait lui-même l’objet de deux approches.

L’anticommunisme primaire est dépassé des manuels officiels mais des pays comme le Viêt-nam, le Cambodge et le Laos restant diabolisés.

 

On explique avec force détails comment ces régimes se sont installés et que, bien

qu’ils se soient ouverts, ils perpétuent le socialisme : la méfiance et l’ironie,

notamment à propos de leur économie absolument inadaptée aux contingences

du monde contemporain, restent donc de mise. Certains manuels, aujourd’hui

encore, recourent à l’argument de la pauvreté et de l’ignorance de la démocratie

chez les leaders pour expliquer l’émergence du communisme ; on ignore

alors délibérément les mouvements de libération et l’adhésion de la population

aux luttes.

 

La principale cible reste le Viêt-nam, toujours considéré comme responsable

de la déstabilisation régionale avec l’invasion du Cambodge en 1978-1979, dont

elle redoute toujours les velléités expansionnistes et dénonce les ingérences dans les affaires intérieures cambodgiennes et laotiennes.

 

On trouve également, pour analyser les évolutions et comprendre les enjeux

régionaux, une approche en termes d’« économie mondiale et de la nécessité de

la coopération régionale en matière économique. L’Association des nations du Sud-Est asiatique (ASEAN) fait l’objet d’un développement séparé. Peut-être cela tient-il à la rémanence de l’anticommunisme, dont les effets seront encore longs à se dissiper ? Toujours est-il que les jeunes générations n’ont pas d’idée claire de ce qu’est la formation d’un marché régional.

 

En conclusion

 

Le monde extérieur continue d’être perçu à travers le prisme de l’idéologie

nationaliste enseignée à l’école. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le savoir

académique a en définitive peu évolué.

 

Le Department of Curriculum a bien promu, ces deux dernières décennies, l’élaboration d’ouvrages d’appoint sur l’Asie du Sud-Est, mais leur distribution est restée limitée, rares étant les lycées qui en ont fait l’acquisition.

 

L’un des effets de ce nationalisme répandu depuis au moins soixante-dix ans

en Thaïlande est que l’«Autre » est ce qui s’écarte des trois « piliers », comme par exemple les Karen montagnards de l’Est ou les musulmans du sud de la

péninsule, dans les provinces de Yala, de Pattani et de Narathiwat, qui ont fait

une entrée fracassante sur la scène internationale en janvier 2004 avec un

cortège de violences que le gouvernement a tenté d’enrayer par l’introduction de manuels scolaires.

 

« Huit nouveaux manuels ont donc paru en mai de la même année pour renforcer la cohésion nationale à travers l’étude de la langue et de la culture thaïes, mais aussi pour prendre en compte les particularismes locaux. Un comité ad hoc, composé de trente experts, a ainsi autorisé que le yawi, dialecte malais utilisé par les musulmans, serve de base à l’apprentissage par ses locuteurs de la prononciation des mots thaïs ; sera également promu le dialogue entre bouddhistes et musulmans, l’assimilation des Chinois étant donnée pour modèle. »

 

On ne peut pas dire que cette heureuse initiative a eu le succès escompté. Il est vrai qu’en 2004 et ensuite le gouvernement Thaï n’ pas envoyé que des « manuels » à Pattani.

 

 (Cf. Notre article 12 précédent sur la situation dans le Sud de la Thaïlande )

 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 08:12

 islam 05Essayons de comprendre.

 

1. L’actualité « sanglante » 

Tous les jours ou presque, les agences de presse nous informent sur les attaques à la bombe ou à la grenade avec leurs nombres sinistres  de morts et de blessés dans le Sud de la Thaïlande, dans les provinces de Yala, Narathiwat et Pattani.


AFP
20/02/2011 |
Thaïlande/bombes: 17 blessés :

Dix-sept personnes ont été blessées, dont quatre grièvement, dans une attaque à la grenade et l'explosion d'une bombe, dans le sud musulman de la Thaïlande en proie à une rébellion séparatiste, a annoncé aujourd'hui la police.
Deux femmes ont été blessées dans une attaque à la grenade contre un bar de karaoké, situé dans la ville de Narathiwat (sud) hier soir. L'explosion d'une bombe 25 minutes plus tard, devant un salon de massage à 100 mètres de là, a blessé 15 personnes, dont trois enfants de neuf ans. Parmi les blessés, quatre sont dans un état grave, a précisé la police.

 

Avec souvent ce rappel laconique : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/ ... lesses.php :

La population de la région est très majoritairement d'ethnie malaise et de confession musulmane, contrairement au reste de la Thaïlande, essentiellement bouddhiste.
Outre les forces de sécurité et des civils de confession bouddhiste, les rebelles séparatistes visent également des musulmans qu'ils accusent de collaborer avec Bangkok
.

 

2/ Et parfois des récapitulatifs sanglants :

 

islam 04Depuis 2004 et le regain de troubles dans le Sud musulman, les autorités ont dénombré plus de 11 000 actes de violence, dont près de 8 000 imputés aux militants séparatistes, qui ont fait 4 317 morts et 7 135 blessés, selon le Bangkok Post. 

 

3/  Des analyses proposées 

Depuis 2004, journalistes, analystes, historiens, militaires, dirigeants politiques  cherchent à comprendre cette insurrection violente avec ses actes de terrorisme et de terreur et proposent parfois leurs solutions… surtout depuis ce jour du 25 octobre 2004, où à Tak Baï, l'armée thaïlandaise tua 105 insurgés musulmans après des raids contre des postes de police.

Il n’est pas sûr que l’Etat d’urgence, l’action militaire, la création de milices, de forces de sécurité dans chaque village, l’armement des civils et des instituteurs, soient la solution, pour rétablir la paix entre les deux communautés, surtout, comme le confiait le moine bouddhiste Phra Maha : « Dans le passé, il y a eu des tensions, mais les deux communautés ne se voyaient pas en ennemies. A présent, c'est bien ainsi qu'elles se voient » (Cf. article du 13/04/ 2009 de Francis Deron in Journal Le Monde).

Pour certains  militaires, la situation est assez simple :

islam 03"Personne, en Thaïlande, n'a de raison de craindre l'Etat, sauf les terroristes, affirme le colonel Somkuan. N'avons-nous pas changé la Constitution, en 1997, pour faire en sorte que le bouddhisme, jadis religion d'Etat, ne soit plus traité que comme une croyance parmi les autres, toutes égales sous la protection du trône ?" La réponse des villageois de Ka Thong est cinglante : "Nous n'avons pas vu l'ombre d'une différence depuis lors", dit le sage du village. »

Pour d’autres, il suffit d’invoquer le Djihad islamique, les terroristes d’ Al-Quaida, des liens  avec le Front de libération islamique Moro aux Philippines et le Mouvement pour l’Aceh libre en Indonésie…et le « on ne négocie pas avec des terroristes », pour éviter toute tentative de compréhension et de recherche de solutions.

Comment discuter avec des « terroristes » manipulés par «  l’étranger » et donc ennemis de l’Etat thaïlandais. Les atrocités commises par ces islamistes en sont bien  la preuve.

Certes les « autorités» cherchent bien des solutions, mais les méthodes fortes et peu conventionnelles  à la Thaksin par exemple ont non seulement échouées, mais provoquées un regain de violences. A l’inverse, celles proposées, il y a 5 ans, par l’ancien premier ministre le général Chavalit Yongchaiyudh,  de créer une zone administrative spéciale pour le Sud a été  refusée par les « nationalistes thaïlandais » qui considèrent toute décentralisation comme le début du séparatisme.


4/ Vous avez dit séparatisme ? Un peu d’histoire pour comprendre 


4.1. le royaume de Patani ?


Patani avait une position stratégique dans les réseaux commerciaux qui reliait le Moyen-Orient, la Perse, l’Inde, l’Indonésie, la Chine et le Japon et permis son essor

La route du Funan, et au VIIème siècle les routes commerciales passaient par l’isthme de Kra, puis les navigateurs malais ont ouvert la route du détroit de Malacca orientant le commerce plus vers le sud et Srivijaya à Sumatra. Cette thalassocratie avait une aire d’influence au Xème siècle qui couvrait cette région de la Thaïlande. Après sa destruction par les javanais  à la fin du XIVème siècle, les survivants se sont installés à Malacca

 

Au XIIIe siècle, ce commerce international était essentiellement tenu par des marchands musulmans et les princes de Patani s’étaient convertis à l’Islam.

L’islam s’est propagé peu à peu à partir de Malacca dans toute la péninsule malaise puis vers Java. Ces caractéristiques initiales sont originales car il créait une solidarité au sein de la communauté marchande gravitant autour de Malacca, était lié au fruit des échanges d’où l’intérêt des princes, et venant de l’Inde cet islam a su s’accommoder des cultures et croyances traditionnelles.

Entre temps, l'expansion thaïe vers le sud, d'abord sous Sukhôtai puis sous Ayutthaya, devait immanquablement se heurter à la résistance des principautés du nord de la péninsule, dont celui de Patani qui finira néanmoins par accepter leur suzeraineté.

Après la conquête de Malacca par les Portugais en 1511, le comportement de ces derniers amène les marins et marchands qui y faisaient escale, à s'en détourner et à aborder d'autres ports comme  Patani

 Le Portugal y établit un comptoir en 1516, le Japon en 1605, les Pays-Bas en 1609 et l'Empire britannique en 1612

islam 02

On vit


 

    l'essor des sultanats (XVIe-XVIIIe s.)

En 1572, le sultan Manzur Shah meurt. Suivent 12 années de guerres de succession entre ses fils et leurs cousins. Lorsqu'il ne reste plus un seul héritier mâle, c'est une des filles de Manzur, la princesse Ijau, qui monte sur le trône en 1584, devenant ainsi la première "reine" de Patani.

La sultane Ijau règnera 31 ans. Elle renforcera les liens de Patani avec Johor et Pahang, deux autres royaumes malais de la péninsule. Cette politique de relative indépendance vis-à-vis d'Ayutthaya est rendue possible par le fait que de 1564 jusque dans les années 1590, le royaume siamois doit faire face aux menaces des Birmans et des Khmers. Toutefois, à la fin du XVIe siècle, Ayutthaya retrouve sa puissance sous le règne du roi Naresuan.

Ijau meurt en 1615. Sa sœur Biru lui succède et règnera jusqu'en 1622. Elle marie sa sœur Ungu au sultan Abdul Ghafur Mohaidin Syah de Pahang. Ce mariage donnera une fille, Kuning. A la mort de Ghafur, Ungu rentrera à Patani avec sa fille. Lorsque Kuning a 12 ans, sa tante Biru la marie à un prince siamois, Okya Decho, fils du prince de Nakhon Si Thammarat (que les Européens appellent "Ligor"), vassal d'Ayutthaya.

A la mort de sa sœur en 1622, Ungu monte à son tour sur le trône. Elle s'arrange pour remarier sa fille au sultan de Johor. Okya Decho, furieux, obtient du roi d'Ayutthaya la permission de mener des troupes siamoises pour attaquer Patani. Ungu obtient le soutien de Pahang et Johor. L'attaque siamoise échoue.

Ungu mènera une politique anti-siamoise et refuse par exemple de se faire appeler par son titre siamois de phra chao ("princesse"). Lorsque le prince Prasat Thong prend le pouvoir à Ayutthaya et se fait couronner roi en 1630, Ungu refuse de lui payer tribut. Patani saisit même deux bateaux d'Ayutthaya qui se rendaient à Batavia, siège de la VOC (Verenigde Oost-Indische Campagnie ou "compagnie néerlandaise des Indes orientales"). Par ailleurs, Patani envoie des troupes pour attaquer les principautés de Phatthalung et Nakhon Si Thammarat.

Jaramias van Vliet, un représentant de la VOC détaché à Ayutthaya en 1633, mentionne bien cette "rébellion" de Patani sous le règne du roi Prasat Thong. Il écrit que Patani payait jusque là tribut à Ayutthaya.

En 1633, Ayutthaya recrute des troupes pour soumettre Patani. Le roi de Kedah, un autre royaume malais, intervient comme médiateur. Ayutthaya décide finalement d'envoyer plutôt une ambassade à Patani.

La sultane Ungu meurt en 1635. Sa fille Kuning lui succède. Son mari rentre à Johor. Sous le règne de Kuning, Patani retrouve les heures glorieuses du commerce international. La reine fait draguer l'embouchure de la rivière Patani pour qu'elle puisse accueillir plus de bateaux.

Contrairement à sa mère, hostile à Ayutthaya, la sultane Kuning les liens avec le roi Prasat Thong. En 1636, un ambassadeur est envoyé à Ayutthaya. Un tribut sous forme de fleurs d'or est envoyé au roi siamois. Kuning se rend elle-même à la capitale siamoise.

De 1646 à 1649, Patani s'allie aux royaumes malais de Kedah et Singgora (Songkhla) pour résister à Ayutthaya. Les alliés attaquent et occupent Nakhon Si Thammarat en 1649. Ayutthaya envoie des troupes. En 1650, deux bateaux de Songkhla apportent un message de paix et des fleurs d'or (Bunga Mas) pour rendre hommage à Prasat Thong.

En 1651, un prince de Kelantan, Raja Sakti, provoque un coup d'Etat. La sultane s'enfuit à Johor mais meurt en chemin près du rivage de Kelantan. Son corps est enterré dans le village de Kampung Pancor. Son règne aura été un des plus longs et prospères de la région

Le Jésuite français Nicolas Gervaise écrira dans les années 1680 que la sultane Ijau n'avait pas accès à tous les secrets du sultanat. Pourtant, c'est sous Ijau, ses sœurs et sa nièce Kuning, que Patani atteint le sommet de sa prospérité par son commerce avec l'Asie du Sud-Est, le Japon et l'Europe.

 

 Les rivalités, économiques ou dynastiques, étaient fréquentes entre ces multiples États. La lutte s'engagea d'une part entre Atjeh et Johor, d'autre part entre Atjeh et les Portugais. Il y eut de nombreuses expéditions atjihaises, toutes sans succès, contre Malaka, la dernière datant de 1629. Vers le milieu du XVIIe siècle, les conditions changent : Atjeh perd de son agressivité, Malaka passe aux mains des Hollandais (1641). Pourtant, les Européens ne contrôlent guère mieux le commerce du détroit qui, tout au long du XVIIIe siècle, sera l'enjeu d'une âpre lutte entre plusieurs princes indonésiens, soit d'origine minangkabau, tel Raja Kechil de Siak, soit d'origine Bugis, comme le fameux Daeng Parani. Les Bugis, excellents marins, arrivaient des Célèbes et se fixaient notamment dans la région de Selangor et de Johor. Dès 1717, dans l'archipel de Riau, ils sont à la tête d'une puissance maritime qui, sauf une légère éclipse en 1785, après l'attaque de la flotte hollandaise, restera pour ainsi dire incontestée jusqu'à la fondation de Singapour. (wikipédia)


Les Siamois (XVIe-XIXe s.) 


Au Nord, les royaumes de Sukhotai et ensuite d’Ayutthaya parvinrent à établir des rapports de vassalité avec le royaume de Patani. Certes les alliances fluctuèrent et les révoltes n'étaient pas rares, comme, nous l avons dit, celle de  la reine Ungu au 17 ième siècle   qui mènera une politique anti-siamoise et refusera  par exemple de se faire appeler par son titre siamois de phra chao ("princesse"). De 1646 à 1649, Patani s'allie aux royaumes malais de Kedah et Singgora (Songkla) pour résister à Ayutthaya…Après la chute d'Ayutthaya en 1767, Patani redevient indépendant. Puis sous le roi siamois Rama 1er, Patani tombe de nouveau sous la suzeraineté du Siam.


Anglais, Chinois, Indiens (XVIIIe-XXe s.) 


 Les Anglais, en quête de relais sur la route maritime d'Extrême-Orient, s'installèrent d'abord dans l'îlot de Penang, cédé par le sultan de Kedah à Francis Light en 1786, puis en 1795 à Malaka, qu'ils prirent aux Hollandais, et enfin, après l'intermède des guerres napoléoniennes, dans l'île de Singapura, la « cité du lion » à l'extrême sud de la péninsule, où Stamford Raffles fonde, en 1819, une ville destinée à un étonnant avenir. Ces trois settlements furent longtemps considérés comme des postes avancés de l'empire des Indes et les Anglais ne se risquèrent pas à « intervenir » davantage en péninsule avant 1874.

    Non moins significative est l'arrivée massive des Chinois. Ceux-ci s'établissent à Singapour, mais aussi dans l'État de Johor où ils créent des plantations de gambiers et de poivriers à la faveur de contrats spéciaux, dits « de kang-chu », qui, moyennant le versement aux sultans de quelques taxes fixes, laissent aux chefs de l'entreprise une liberté d'action quasi totale. Parallèlement, ils se groupent pour ouvrir des mines d'étain, dans le Selangor, sur le site de l'actuelle capitale Kuala Lumpur, l'« embouchure envasée », et surtout dans le Perak, notamment à Larut. C'est à la suite de dissensions, opposant entre elles et aux princes malais deux de ces sociétés chinoises, que les anglais se décidèrent à agir dans le Perak. Ils conclurent le traité de Pangkor en 1874, mais les maladresses du premier résident, J. W. W. Birch, entraînèrent son assassinat et l'intervention armée de l'Angleterre (1875). Progressivement, l'administration britannique parvint à placer un résident auprès des sultans des États du Sud, puis de ceux du Nord, qui restèrent en principe vassaux du Siam, jusqu'en 1909. Finalement, grâce aux efforts d'un résident général, sir Frank Swettenham, une « Fédération de Malaisie » fut créée en 1891 (Wikipédia).

4.2 Le Traité anglo-siamois de 1909

Dans le cadre de leur rivalité coloniale, les Britanniques et les Français avaient décidé tacitement de faire du Siam un Etat tampon et devaient donc « négocier ». Nos « relations franco-thaïes » rendent compte des accords et traités entre la France et Le  Siam, à propos du Laos et du Cambodge.

Le traité anglo-siamois de 1909 ou traité de Bangkok de 1909 fut signé le 10 mars 1909 à Bangkok entre le Royaume-Uni et le royaume de Siam. Par lui, les Etats malais, non représentés lors des négociations, se trouvaient partagées entre le Siam et les Etats malais non-fédérés, sous influence britannique.

Par ce traité, le Siam renonçait à ses prétentions sur les États de Kedah, Kelantan, Perlis, et Terngganu, transférant aux Britanniques sa souveraineté sur ces derniers. Perlis avait été séparé de Kedah et érigé en sultanat par les Siamois En revanche, le Siam gardait la souveraineté sur une région qui consiste dans les provinces actuelles de Narathiwat (Manara en malais), Pattani (Patani), Satun (Setul), Songkla (Singgora), et Yala (Jala).La région de Setul, de population à majorité thaïe avait été séparée de l’Etat malais de Kedah.

Auparavant en 1826 par le traité Burney, le Royaume Uni avait reconnu la souveraineté du Siam sur les quatre états transférés, tandis que le Siam reconnaissait la souveraineté britannique sur l'île de Penang et la province Wellesley. Toutefois, les Siamois s'engageaient à laisser les Anglais libres de commercer dans le Kelantan et le Terengganu.

Les Anglais regrouperont plus tard ces quatre États malais avec celui de Johor dans le sud de la péninsule pour formé les " Etats malais non-fédérés", par opposition aux "États malais fédérés" de Negeri Sembilan Pahang, Perak, et Selangor

On dit que ce traité a scellé la frontière entre la Malaisie et la Thaïlande modernes.

4.3. Sauf que l’on oublie la deuxième guerre mondiale,  la genèse de la Malaisie, comment cette fédération s’est « construite » et devient indépendante dans le cadre du Commonwealth en 1957. En 1963, la fédération s'associe aux colonies britanniques de Singapour, Bornéo du Nord (renommé Sabah) et Sarawak pour former une nouvelle fédération appelée Malaysia (en français toutefois, le nom de "Malaisie" a été conservé pour désigner la nouvelle fédération). Singapour se sépare de la Malaysia en 1965 pour devenir une république indépendante.

 

4.4 Sauf que l’on oublie de chercher pourquoi la Thaïness (Cf. nos articles sur la thaïness et le nationalisme) a réussi à transformer les Laos d’Isan en Thaïlandais et que cela n’a pas réussi dans l’ancien royaume malais  de Patani.


.Conclusion provisoire.

On peut donc se rendre compte que cela n ‘est pas  si simple, que ce royaume malais   a été annexé par la Thaïlande avec la complicité du colonisateur  britannique, que dans les années 60 d’autres Etats malais ont « conquis »leurs indépendances pour devenir qui la Malaisie, qui Singapour.

Même si la Malaisie n’aurait jamais rien encouragé, il  semble que  l’état du Kelantan au Sud de la frontière est entre les mains des islamistes. Société rurale et traditionnelle, peu touchée par le développement urbain et technologique de l'Ouest de la Malaisie, le Kelantan fait figure de bastion des valeurs traditionnelles. Ces caractéristiques s'expriment sur la scène politique avec la domination du PAS (Parti islamique de Malaisie) depuis 1990 – la montée nationaliste et islamique en Malaisie est -elle un facteur à considérer ?

 

 La « résistance » a commencé en fait voilà plus de 70 ans  avec le refus de la thaïness, la thaïfication forcée. Certes depuis 2004, celle-ci a pris une forme violente, condamnable dans les moyens  employés.

Mais la solution ne sera ni policière  ni militaire et pourquoi on ne consulterait pas les intéressés ?   un référendum par exemple ?

Impossible ?

Cela semblait impossible pour le sud Soudan et pourtant  les autorités soudanaises à Khartoum ont accepté les résultats du référendum d'autodétermination au Sud-Soudan, où les électeurs ont voté à plus de 99% en faveur de l'indépendance. (Reuters), après plusieurs décennies de guerre civile entre le Nord et le Sud. L'indépendance du Sud-Soudan devrait être officiellement proclamée le 9 juillet 2011.

Même le gouvernement américain est prêt à « entamer la procédure de radiation du Soudan de la liste des États qui parrainent le terrorisme », a déclaré M. Lyman (ambassadeur des Etats-Unis) si le processus de paix se poursuit. (programmes d'information internationale du département d'Etat. Site Internet : http://www.america.gov/fr/).

 

Le monde est en évolution constante. L’ONU avait 154 membres en 1980 et en a 192 aujourd’hui. Demain le Sud Soudan en sera sûrement le 193 ème.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Une autre  source possible
 -“Rebellion in southern Thailand” , Aphornsuwan Thanet 

.(professeur agrégé au département d'histoire et directeur des études d'Asie du Sud, Faculté des arts libéraux, l'Université Thammasat, Bangkok, Thaïlande.)

 

 Cette étude traite de l'histoire de la Thaïlande et de ses relations avec Patani depuis  le quatorzième siècle jusqu'à la moitié du XXe siècle. . Il fournit une explication des causes du conflit politique en cours entre les musulmans malais dans les trois provinces les plus méridionales de la Thaïlande et le gouvernement thaïlandais, contre lequel les mouvements séparatistes se sont battus dans les années 1960.

  Même si Janvier 2004 a marqué le début de la violence actuelle qui sévit maintenant au sud de la Thaïlande, beaucoup continuent de croire que la nature d'un tel conflit est interne et pourrait être résolu pacifiquement.


 Mais  l'histoire des relations du Siam et de Patani  est surtout marquée  par les  politiques nationales menées qui ont abouti à la discrimination et la destruction de l'identité culturelle des musulmans et de leurs droits.


  Dans le début du XXe siècle sous le règne du roi Chulalongkorn, qui a été caractérisée par la centralisation et à la répression culturelle, Patani a été réduite à une simple province. De plus, l'assimilation forcée s'est produit sous le gouvernement Phibun dans les années 1940 date à laquelle les pratiques islamiques et l'utilisation de la langue yawi ont été réprimées.   Les sources de ces  conflits politiques - y compris le statut politique de Patani, l'identité ethnique, au-delà  de la politique de Bangkok dans le sud - ont des racines historiques.  Seule une compréhension  des deux cultures et le respect des identités ethno-religieuses peuvent conduire à une volonté politique positive pour la résolution pacifique du conflit.

 

  Cette publication est la trente-cinquième Policy Studies, une revue scientifique East-West Center de Washington série qui présente une analyse scientifique des principaux enjeux contemporains nationaux et internationaux politiques, économiques et stratégiques concernant l'Asie d'une manière politique pertinente.



 

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 04:53

 

 

fieldmarshallComment ce concept – purement occidental – a- il pu être semé en terre siamoise ?

 

L’idée d’Etat est née en France à l’époque de Philippe le bel, forgée par ses  légistes, présente chez les élites. Celle de nation s’ancra dans la population pendant la guerre de cent ans, soudant les Français dans l’adversité et contribuant de manière décisive à l’émergence du sentiment national.

Il n’en a pas été de même au long de l’histoire plus ou moins chaotique du Siam…Une population composée d'un peuple soumis à 6 mois de corvée par an et d' un tiers d’esclaves dominée par quelques seigneurs locaux et à un monarque d’essence divine. A lire les Mémoires des Français de l’expédition de 1685, et celles des explorateurs du Siam au XIXème, on en retire peut-être l’impression qu’il existe un Etat, mais certainement pas une Nation.

Les années 1880-1900 furent les plus sombres de l’histoire du Siam. Le pays doit faire face aux ambitions coloniales de la France et de l’Angleterre. Les historiens thaïs considèrent que le pays n’a pas été colonisé en raison du processus de modernisation de l'Etat et de la société jusqu'à ce qu'il obtienne la reconnaissance du monde « civilisé », et parce que  des pans entiers de son territoire ont été sacrifiés pour préserver l'indépendance du pays.

1893 est une triste date dans l’histoire de la Thaïlande. Les canonnières françaises sont ancrées face au grand palais. «  Il fallut céder ». Les territoires « sacrifiés » étaient considérés comme des vassaux traditionnels et historiques du Siam, certes. Quand cependant la France a établi son protectorat sur le Cambodge et sur le Laos, ces états « vassaux » étaient guettés par les boas qui voulaient les avaler...  

C’est à cette époque et dans ce contexte qu’apparait un « nationalisme » siamois. Il est l’œuvre du palais royal qui souhaite - tout comme en Europe - créer une nation fondée sur une langue commune, des valeurs et une culture.

Rama V (1868-1910) a engagé le processus d’unification de la nation thaïlandaise et, en parallèle, la modernisation du royaume sur le modèle occidental. Ce nationalisme thaï s’articule d’une part autour de la notion sinon de « race » du moins d’appartenance ethnique et, d’autre part, sur la fidélité et la soumission au Roi.

Il lance la « thaïfication » de la géographie.

Nous vivons (habitant en Isan) dans ce que les Français appelaient le « Laos siamois », 16 provinces à l’époque. Le nord-est, c’était le « Laos phouthaï » (ลาวภูไท ou ลาวผู้ไท ou encore ลาวผู้ไทย) et le « Laos yo » (ลาว ย้อ), Phouthaï et Thaïyo étaient le nom des « minorités tribales » dominantes. On ne parle plus du Laos mais d’Isan, nom d’origine sanscrit, tout simplement celui du Dieu Shiva.

Cette politique fut intensifiée par son successeur le roi Rama VI (1910-1925) lui-même éduqué en Angleterre et conscient sinon imprégné des mouvances nationalistes européennes ou japonaise.

Il donna au nationalisme thaïlandais une dimension culturelle et mis en avant le principe de « Thaï-ness » : modèle culturel issu des caractéristiques communes aux ethnies thaïes censées constituer le nationalisme. Les trois piliers du nationalisme thaï deviennent donc : le roi, la nation et la religion.

Son successeur Rama VII (1925 à 1935) s’écarte de la camarilla nationaliste  basée autour de lui et parle plus volontiers d’harmonie et d’amitié entre les minorités ethniques et les Thaïs. En 1932, éclate le coup d’état de jeunes militaires et civils, pour la plupart formés en Europe qui remet l’absolutisme monarchique en question. C’est la transition sans effusion de sang de la monarchie absolue en monarchie constitutionnelle

En 1938, le premier ministre et commandant des forces armées,  Phibun va donner une nouvelle couleur au nationalisme thaï. Il s’est rendu populaire en écrasant une révolte monarchiste menée par le prince Borowadet. Le roi se trouve en porte-à-faux et abdique en 1935. Son successeur a 10 ans et poursuit sa scolarité en Suisse

Phibun fait remplacer partout les portraits du roi par le sien. Comme Mussolini, il frappe à droite et à gauche, fait arrêter 40 opposants politiques en 1939, monarchistes et démocrates qui seront exécutés après un procès sommaire.

Il change le nom du pays, le Siam en Prathétthaï. Ce changement de nom est lourd de symbole : le mot Siam (สยาม, Sayam, est d’origine inconnue, probablement khmer)Le mot Thaï (ไทย) ne serait pas, comme il est généralement écrit, dérivé du mot Thaï (ไท) qui signifie «libre», il est le nom d'un groupe ethnique de la plaine centrale (C’est la définition qu’en donne le Dictionnaire de l’académie royale, équivalent de notre académie française en moins poussiéreuse). Thaï (ไท) signifie tout simplement «peuple» ou «être humain» et est utilisé dans certaines zones rurales au lieu du mot « khon » (คน « une personne»).Restons-en pudiquement à la version « terre de la liberté ». A ce jour, les efforts faits par certains universitaires pour revenir au nom de Siam sont restés vains. 

Il instaure le nouvel hymne national, celui que nous entendons tous  les jours à 8 heures et 18 heures dont je ne traduis que le premier vers, il se suffit à lui même : « Le pays thaï, c’est l’union du sang et de la chair des hommes de race thaïe ». Il met  sur pied un régime inspiré du fascisme italien, propagande ultranationaliste, culte de la personnalité, propagande visant à « élever l'esprit national et la moralité de la nation ». Il impose comme langue nationale celle parlée à Bangkok au détriment des dialectes locaux et incite même la population à adopter le vêtement occidental ! En 1941, le 1er janvier est  adopté comme jour officiel de la nouvelle année, en lieu du 1er avril traditionnel. Il crée encore (après la guerre) la première chaîne de télévision thaïe.

Le régime adopta surtout une politique nationaliste en matière économique, en menant une politique de quotas visant à réduire la place des produits chinois en Thaïlande et à favoriser les produits locaux. Dans un discours de 1938, Luang Wichitwathakan (ministre de la propagande) compara même les Chinois du Siam aux Juifs d'Allemagne. L’accès des étrangers à la propriété immobilière est verrouillé (il l’est redevenu encore plus lourdement en 1970) et le régime des visas durci (il l’est toujours). Il change encore le nom de divers districts portant ostensiblement des vocables laos, khmers, birmans ou mons (les habitants originaires de la Thaïlande), cette thaïfication des noms de districts a continué jusqu’en 1957. Tout ce qui porte le nom de ลาว (lao) มอญ (mon) จีน (djin i.e. chine), 26tambons, disparait de la géographie. 

facistethai Si Pibun a été incontestablement séduit par son modèle italien, il est difficile de parler d’un tournant vers le « fascisme ». Pas de parti unique, et surtout pas de politique guerrière expansionniste, il n’y a pas d’Abyssinie ou d’Albanie à envahir. Il porte le titre, plus ou moins bien traduit, de « maréchal » mais ce n’est pas un guerrier dans l’âme. 
Un micro parti fasciste thaï (financé par l'Italie) n'a pas connu grand succès Les hostilités déclenchées en 1941 contre la France sont surtout une question d’opportunité et le désir de venger l’humiliation de 1893 contre la France que l’on croyait à genoux. Rien ne pouvait laisser envisager une seconde à cette date l’écroulement apocalyptique des puissances de l’axe quatre ans plus tard.

 

Regardez-donc sur le remarquable site de l’Institut national de l’audio visuel le reportage « la nouvelle armée thaïe défile dans les rues de Bangkok » du 20 février 1942,

(hhttp://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/AFE85000711/la-nouvelle-armee-thai-defile-dans-les-rues-de-bangkok.fr.html


Pibun est contraint de démissionner en juillet 1944 et est détenu au Japon par les alliés. Il est autorisé à rentrer au Pays en 1947. Pridi doit s’exiler et Pibun refait un coup d’Etat en 1948 et rétablit un régime autoritaire. Phibun renoue avec sa politique anti-chinoise des années 1930. Son gouvernement arrête l'immigration chinoise et prend diverses mesures pour restreindre la domination économique des Chinois en Thaïlande. Les écoles et associations chinoises sont de nouveau interdites.

Sa politique de thaïfication est  un sous-produit du nationalisme politique constamment suivi par l'Etat pour augmenter la puissance centrale. Le  centre de la Thaïlande est devenu économiquement et politiquement dominant, son langage est devenu la langue des médias, des affaires et l'éducation. . Ses valeurs sont devenues les valeurs nationales. 

Les principales cibles de thaïfication ont été les minorités ethniques, les laos de l'Isan, les tribus montagnardes du nord et l'ouest, et les musulmans du sud. 

L'utilisation prescrite de la langue thaï dans les écoles a eu peu d'effet sur les Thaïs du centre qui l’utilisent dans la vie quotidienne, mais fait des bilingues des locuteurs de l'Isan dans le nord-est, du nord ou du sud très majoritairement musulman.

 Cet encouragement au nationalisme thaï a eu pour effet secondaire et évident de décourager les autres éventuelles allégeances, Laos en Isan ou Malaisie dans le sud, mais là sans grand succès. Rouge ou jaune, vous blessez un Isan si vous le traitez de Lao.

 Ce nationalisme omni présent va parfois de pair avec une conception génétique, une  obsession pour une « race pure de vieux thaïs»qui n'est ni  nouvelle, ni isolée. On trouve trace de ce débat dans le Bangkok Post de 2006.  Mais la presse thaïe, ce n’est ni le Bangkok post ni the Nation, mais essentiellement ไทยรัฐ (la nation thaïe, plutôt rouge) et le เดลินิวส์ (daily news, plutôt jaune) qui tirent à près d’un million chacun, 20 fois plus que les deux journaux anglophones. Les attentats dans les provinces musulmanes, ce sont les โจรใต้, djontaï, les bandits du sud. Les travailleurs migrants birmans sont aussi la cible : ils violent, tuent et transmettent le sida. Il y aurait 500.000 travailleurs birmans déclarés et tout autant de clandestins, il n'est pas surprenant que certains d'entre eux commettent des crimes, mais on parle peu des conditions dans lesquelles ils travaillent.


La « querelle » autour du temple de Preah Vihear que les Thaïs disputent aux Cambodgiens a donné lieu à de belles envolées nationalistes, notamment sur ASTV, la chaine de télévision des jaunes. les géographes français responsables de la délimitation frontalière ont eu (qu’ils reposent en paix) les oreilles qui sifflaient…

 

Nous ne sommes que de simples farangs et nous savons que notre volonté de savoir pour comprendre « un peu » ce qui se passe est limitée et que nous ne serons jamais en mesure d'atteindre le cœur de la Thai-ness.

Mais c’est  « Ce qui fait que les Thaïs sont Thaïs », non ? 

____________________________________________________________

Nota : Version abrégée d’un article à paraître dans notre prochain thème consacré à « Notre Isan »

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 04:07



 

Article 8 :Cessez-le-feu à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge ? 

dc7723d0-3370-11e0-853b-70e062cb542b Les principales agences de presse et de télévisons du monde ont  relaté et n’ont pas fini de relater les combats et les multiples  cessez-le-feu concernant le temple de Preah Vihear (Prasatkhaophrawihan pour les Thaïs) et les terres environnantes qui sont revendiquées par la Thaïlande  et le Cambodge 

 

Ainsi par exemple le journal  « Le Monde » :

 LeMonde.fr avec Reuters | 05.02.11 

La Thaïlande et le Cambodge se sont mis d'accord samedi sur un cessez-le-feu après des affrontements qui ont fait au moins trois morts à la frontière. Mais la situation reste tendue, et après des combats à l'arme lourde vendredi pendant environ deux heures, des échanges de tirs ont à nouveau eu lieu samedi à l'aube pendant une trentaine de minutes, toujours à proximité d'un temple disputé par les deux pays.

Des affrontements ont encore opposé dans la nuit de vendredi 4 à samedi 5 février soldats thaïlandais et cambodgiens, à la frontière entre les deux pays, faisant un mort et quatre blessés dans les rangs thaïlandais. Bangkok et Phnom Penh se disputent la souveraineté d'une portion de territoire de 4,6 km2 autour d'un temple du XIe siècle, appelé Preah Vihear par les Cambodgiens et Khao Phra Viharn par les thaïlandais.

 

La situation est d’autant plus critique qu’elle est devenue  un enjeu de politique intérieure pour les « jaunes » contre la politique du 1er ministre Abhisit.

 

Historiquement chacun peut choisir et  s’appuyer sur un passé glorieux où il dominait la Région concernée. Le Cambodge du 9 ème au 14 ème siécle et plus particulièrement au 13ème et 14 siècle, sous les règnes de Suyavarman II (1113-1150) et Jayavarman VII (1181-1219) et la Thaïlande entre le 14ème et le 18 ème siècle sous le royaume dit d’Ayutthaya.

 

Mais ce contentieux pour ces frontières entre la Thaïlande et le Cambodge date, dans sa forme moderne,  depuis les  accords franco-siamois de 1893 (cf . notre article à paraître sur le sujet le 7 mars 2011). Mais déjà  le traité du 15 juillet 1867, qui confirmait le Protectorat de la France sur le Cambodge assurait au Siam, sa « suzeraineté » sur Battambong et Siem Reap.

 

 Le traité franco-siamois du 28 septembre 1928, du 7 décembre 1937 et l’accord du 17 novembre 1946 confirmaient aux yeux des Thaïlandais sa suzeraineté sur le temple.  Aussi au départ des Français et l’accès du Cambodge à son indépendance en 1954, le gouvernement thaïlandais faisait occuper le temple par ses forces armées.

 

temple 8 La protestation du Cambodge aboutissait à la Cour Internationale de justice de La Haye, qui lui attribuait, le 15 juin 1962,  le temple de Preah Vihar. Mais le fait que la Cour n’ait pas  statué sur les terres environnantes le temple ne pouvait qu’aboutir à une revendication des deux parties et devenir une source de conflit permanent. 

 

Une carte de google et surtout le classement du temple au patrimoine mondial de l’Unesco en juillet 2008 exacerbaient les nationalistes des deux bords.

Mais aujourd’hui le contentieux «historique » est repris par les « nationalistes » thaïlandais et alimentent les tensions entre les deux pays. Pire, il est devenu, nous l’avons dit, un enjeu de politique intérieure.  Nul ne sait les conséquences que prendront les manifestations des « jaunes » à Bangkok , tant la corde « nationaliste » semble redonner force à l’unité  du Pays, bien entamée ces derniers mois .

 

Le moindre « incident » territorial entre les deux pays a tendance à dégénérer. On se souvient qu’en janvier 2003, des émeutes avaient éclaté à Phnom Penh sur une fausse rumeur d’une actrice thaïlandaise. L’ambassade de Thaïlande de la capitale cambodgienne.avait été brûlée et bien des Thaïlandais mis à mal. La situation est donc  sérieuse alors que des morts sont à dénombrer de part et d’autre.

 

Dans une déclaration lue dimanche à la télévision d'Etat, le Premier ministre cambodgien Hun Sen a réclamé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour "arrêter l'agression" thaïlandaise qui "menace gravement la paix et la stabilité dans la région".

Le porte-parole du gouvernement thaïlandais Panitan Wattanayagorn a de son côté assuré que le Cambodge avait "commencé à attaquer", affirmant: "ce que nous faisons, c'est protéger notre pays, notre souveraineté".

f215a7e6-336d-11e0-853b-70e062cb542b La dispute s'est cristallisée autour de ce temple de Preah Vihear, ruines du XIe siècle qui relèvent de la souveraineté du Cambodge, selon une décision de la Cour internationale de justice de 1962. Plusieurs secteurs de la frontière n'ont jamais été délimités, ce qui alimente des différends à l'origine de plusieurs incidents armés ayant fait plusieurs morts en 2008 et 2009.
  (ats / 07 février 2011 07:17)



 

 

                        

Partager cet article
Repost0