Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Bernard, retraité, marié avec une femme de l'Isan, souhaite partager ses découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires, culturelles, politiques,sociales ...et de l'actualité. Alain, après une collaboration amicale de 10 ans, a pris une retraite méritée.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 13:24

พระอิสระมุนี

 

Nous vous avons parlé il y a quelques semaines de l’ « affaire » du moine Phra  Nikonthammawadi (พระนิกรธรรมวดี) qui – au début des années 90 - fit l’objet d’une intense couverture médiatique, pas toujours de bon aloi, tenant au moins pour partie à l’appartenance de ce prédicateur charismatique à une branche controversée et activiste du bouddhisme.

 

 

Il avait enfreint l’une des règles essentielles, s’abstenir de l’œuvre de chair, et avait succombé à la tentation.  Nous avons ensuite parlé de celle de Phra Yangtra (พระยันตระ), ayant lui aussi enfreint la règle de l’abstention de l’œuvre de chair, mais qui se trouvait peut-être aussi au centre de querelles entre les diverses sensibilités du bouddhisme thaï. (1).

 

 

Dix ans plus tard éclata un autre scandale qui fut à peine moins médiatisé mais qui concernait un moine devenu par ses talents de prédicateur le « Directeur spirituel » de la famille de celui qui était alors le lieutenant-colonel Thaksin  Chinnawat  (พ.ต.ท.ทักษิณ ชินวัตร), l’étoile politique montante dans la vie politique thaïe.

 

 

Phra Isaramuni (พระอิสระมุนี) connu aussi sous le nom de Phraphiraphon  Techapanyo (พระพีระพล เตชะปัญโญ), de son nom de naissance Banharn (นายบรรหาร) fut d’abord abbé du temple de Thammavihari situé dans le district de Kaeng Krachan (อำเภอแก่งกระจาน) dans la province de Phetchaburi (จังหวัดเพชรบุรี).

 

 

Il appartient à une tradition vouée à la méditation, le Vipassana. Il devint rapidement directeur de conscience non seulement de Thaksin mais aussi de son épouse Photchaman  Chinnawat (พจมาน ชินวัตร).

 

 

Il fut initialement adjoint de Phra Phothiyanthen (พระโพธิญาณเถร) connu aussi sous le nom de Luangpucha Suphattho (หลวงปู่ชา สุภัทโท), maître de méditation et prédicateur célèbre, pur Isan originaire de la province d’Ubon Ratchathani (อุบลราชธานี) et ce dans le temple de Nongpaphong  (วัดหนองป่าพง)  dans le district de Warincharap (อำเภอวารินชำราบ) dans la province d'Ubon Ratchathani (จังหวัดอุบลราชธานี).

 

Au début des années 90, un conflit éclata avec les moines reposant – semble-t-il – sur de fausses accusations de détournement de fonds  à son encontre. Il se rend alors dans la province de Phetchaburi (จังหวัดเพชรบุรี). Il s’installe dans la région de Pala-u (ป่าละอู) dans le sous-district de Padaeng (ตำบลป่าแดง), district de  Kaeng Krachan (อำเภอแก่งกระจาน) et crée un temple Thamwihari (วัดธรรมวิหารี) destiné à la méditation, qui n’a depuis lors cessé de prospérer. Il devint très rapidement célèbre pour ses prêches sur l’éthique bouddhiste. Ses sermons sont diffusés massivement sur cassettes. En dehors de toute philosophie, il n’a pas étudié dans l’une des prestigieuses universités bouddhistes, de toute distinction flatteuse et de toute science exégétique, il s’en est libéré et conseille d’apprendre le Dharma de façon concrète. Il y acquiert le nom d’Isaramuni.

Il y a incontestablement du Saint Bernard en lui : Au lent cheminement de la raison vers la vérité je préfère  l’envol de la pensée sous l’impulsion du cœur. Que m‘importe la philosophie ! Mes maitres ne m’ont pas appris à lire Platon ni à démêler les subtilités d’Aristote mais ils m’ont appris à vivre, et, croyez-moi, ce n’est pas une petite science.

 

En 1996, un beau-frère de Thaksin  lui donna l’enregistrement de l’un de ses sermons. À cette époque, il était parvenu à la tête du Palang Dharma Party  (พรรคพลังธรรม) que l’on peut traduire par parti des forces morales, parti alors associé au groupe bouddhiste fondamentaliste Santi Asok (กลุ่มสันติอโศก) auprès duquel, sans en être membre, il cherchait à étendre son influence.

 

En 1996, au milieu des bouleversements politiques, il était victime de stress, d’insomnies et de manque d’appétit. Après avoir écouté le sermon enregistré, il lui sembla avoir trouvé la lumière directrice et rendit immédiatement visite à l’abbé du temple de Dhammavihari à Phetchaburi. Au cours d'un entretien d'une heure, le moine lui dit de cesser de souffrir. Peu de temps après, il décida de démissionner de ses fonctions de chef du parti Palang Dharma. Il fonda alors le parti Thai rak thai (ไทยรักไทย), les Thaïs aiment les Thaïs. Ce fut le début de sa fortune politique. En janvier 2001, le parti remporta une victoire éclatante aux élections et Thaksin devint Premier ministre. Il continua à se tourner vers Phra Isaramuni. pour recueillir ses conseils, déclarant par exemple en juin 2001  que le moine était « son médecin pour la maladie de l’âme ».

Lui-même et son épouse suivaient son enseignement alors fort répandu dans les médias ainsi que ceux de Buddhadasa Bhikkhu (พุทธทาสภิกขุ) fondateur d’un temple voué à la méditation appelé Wat Suanmokphalaram (วัดสวนโมกขพลาราม) situé au sud à Chaya (ไชยา) dans la province de Suratthani (สุราษฎร์ธานี).

 

Ainsi, le couple se rendait souvent consulter le saint moine Phra Isaramunui. L’année 2000, le fils de Thaksin, Phanthongthae  Chinnawat (พานทองแท้ ชินวัตร) fit son temps de moine temporaire en étant ordonné et étudiant le Dharma avec Phra Isaramunui.

 

Lui et son épouse lui ont apporté un soutien matériel en faisant une donation de 6 millions de baths (environ 160.000 euros) pour la construction d’une salle de réunion dans l’enceinte du temple. Ils lui offrirent  une berline Mercedes Benz et une Honda Civic pour faciliter ses voyages de prédication.

 

En octobre 2001, la chaîne de télévision ITV dévoilait l’existence de relations sexuelles avec une Dame Sikasao (สีกาสาว) en produisant comme justificatifs une correspondance de 10 pages et des cassettes audio.  Ces documents avaient pour origine une employée licenciée de la société qui diffusait les cassettes des sermons, qui avait probablement dérobé les correspondances. 

 

Cette  relation surnommée Nit (นิด) aurait été divorcée, âgée d’une quarantaine d’années et employée d’une organisation internationale. Elle aurait eu un enfant du moine.

 

Cette information reposant sur ces origines douteuses valut à la chaîne ITV en 2001 le prix du meilleur documentaire « Sangchai Sunthornwat » (รางวัล แสงชัย สุนทรวัฒน์) décerné par l'Association des journalistes de Thaïlande en 2001 (samakhomnakkhaonaknangsuephimhaengprathetthai สมาคมนักข่าวนักหนังสือพิมพ์แห่งประเทศไทย)

 

Lorsque l’affaire a éclaté, Phra Isaramuni, après avoir brièvement tenté de se dire victime d’une cabale, a discrètement quitté la robe safran et a disparu de la vue du public. 

 

Cabale probablement dans le but évident de déstabiliser Thaksin qui continuera à occuper ses fonctions de premier ministre avant d’en être chassé par le coup d’État de 2006.

 

Il s’est contenté de faire part de sa stupéfaction et de faire savoir à la communauté bouddhiste que ce qui comptait pour lui, c’était l’enseignement.

 

En dehors de ses homélies, toujours diffusées sur cassettes ou Internet, Phra Isaramuni a également écrit plusieurs ouvrages de spiritualité :  Un guide de la pratique du Dharma pour échapper à la souffrance et à la mort (คู่มือการปฏิบัติธรรมเพื่อพ้นความทุกข)Philosophie au-dessus des nuages (ปรัชญาเหนือเมฆ), et bien d’autres parfois sous le nom de plume  de Asanyi  Winyu (อสัญญี วิญญู). 

 

Contrairement à l’affaire de Phra Nikonthammawadi antérieure de dix ans, et de celle de Phrayangtra, cette affaire a rapidement disparu de la presse. Il ne semble pas d’ailleurs qu’elle ait choqué beaucoup de monde. Doit-on conclure que les moines restent des êtres humains de sexe masculin jusqu'à leur mort. Dans une société où l'on s'attend à ce que les hommes laïcs soient sexuellement actifs jusqu'à ce que le grand âge les atteigne, et même alors avec la vente pratiquement libre de médicaments contre les défaillances, faut-il s’étonner de nombreux moines subissent la tension entre leur célibat monastique et leurs désirs sexuels masculins ?

 

Ce n’est de toute évidence que par l’implication au demeurant très indirecte de Thaksin que la presse s’empara de l’affaire alors qu’il s’agit effectivement d’un scandale qui en réalité ne le concernait pas et qu’il en eut bien d’autres à son actif.

 

Les sources au sujet de Phra Isaramuni sont d’ailleurs squelettiques en dehors de Wikipédia en thaï.

 

https://th.wikipedia.org/wiki/อิสระมุนี

 

L'article ne nous donne aucune précision sur la vie de Phra Isaramuni avant et après le scandale. Il conclut en demandant l’aide de contributeurs qui ne semblent pas s’être manifestée à cette heure.

NOTES

 

(1) Voir nos articles

A 428 - L’AFFAIRE DE PHRA NIKONTHAMMAWADI (พระนิกรธรรมวดี) : LE PRÉDICATEUR A LA VOIX D’OR (พระนักเทศน์เสียงทองแห่งยุค)

A 429 - L’AFFAIRE DE PHRA YANGTRA (พระยันตระ), MOINE « CRIMINEL » ET SES SINGULIÈRES ZÔNES D’OMBRE

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires