Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Bernard, retraité, marié avec une femme de l'Isan, souhaite partager ses découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires, culturelles, politiques,sociales ...et de l'actualité. Alain, après une collaboration amicale de 10 ans, a pris une retraite méritée.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

1 mai 2022 7 01 /05 /mai /2022 02:30

 

Sous un titre trompeur « Violences sexuelles en Thaïlande  l’affaire P. brise le mur du silence », un organe de presse françophone qui ne brille toujours pas par son sérieux a repris tout simplement ceux de plusieurs organes locaux dont le titre était moins tonitruant mais plus pr/cis , un autre son de gong :

 « Sexuals violences stalks activist comunoty » que je traduis – moi - « les violences sexuelles à l'intérieur de la communauté activiste ».

 

 

Ils se cantonnent à dénoncer un scandale au sein d’un groupe spécifique qui se bat pour la démocratie et le respect des droits de l'homme  mais au sein duquel on ne tiendrait pas compte du respect du droit des femmes et non à une généralisation hâtive ?

Référence est faite  à un rapport des Nations Unies publié en 2017 sous le titre « THE TRIAL OF RAPE: Understanding the criminal justice system response to sexual violence in Thailand and Viet Nam »  soit «  LE PROCÈS DU VIOL : Comprendre la réponse du système de justice pénale à la violence sexuelle en Thaïlande et au Viet Nam », il est très didactique mais ne donne aucune précision chiffrée, ce n'est d’ailleurs pas son but (1).

 

 

Il est une institution  plus spécifique provenant de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UN Refuge agency) dont la vocation est de mettre fin à toute forme de violences sexuelles mais centre plutôt son activité sur les camps de réfugiés (2).

Revenons à notre article français. Il donne quelques chiffres  évidemment sous-estimés, ça ne coûte rien de l'affirmer,  mais dans quelle mesure ?

Par ailleurs les victimes sont toujours réticentes à dévoiler leurs misères, Elles ne sont pas toujours bien accueillies par les autorités policières,  c'est partout pareil dans le monde.

 

 

 

Incriminer le système juridique ?

 

Ce n'est qu'une affirmation gratuite. Il existe un code pénal qui consacre un chapitre intitulé « OFFENCE RELATING TO SEXUALITY » « INFRACTION RELATIVE À LA SEXUALITÉ ». Il débite par l'article 276 «  Article 276 : Quiconque a des rapports sexuels avec une femme, qui n'est pas sa femme, contre son gré, en la menaçant par quelque moyen que ce soit, en commettant un acte de violence, en profitant du fait que la femme est dans l'incapacité de résister, ou en amener la femme à le confondre avec l'autre personne, sera puni d'un emprisonnement de quatre à vingt ans et d'une amende de huit mille à quarante mille bahts » (3). Les sanctions sont lourdes et peuvent aller jusqu'à la peine de mort au cas de circonstances aggravantes, minorité en particulier. Le sort des hommes victimes de ces sévices n'est pas – rassurez-vous- oublié. Reste à savoir dans quelles mesures ces dispositions sont appliquées en droit positif. Une étude sur ce sujet dépasse mes compétences. En tous cas, l'arsenal reprsseif est féroce.

 

 

Incriminer la société patriarcale ?

 

Ce n'est que très partiellement vrai. La société thaïe n’est pas fondamentalement patriarcale.  Le pays s'est constitué aux environs du VI siècle par des populations venues d'ailleurs, souvent de sociétés matriarcales. Les familles étaient centrées autour des femmes qui héritaient la terre à la mort de leur mère, et assuraient la pérennité du patrimoine familial. Les hommes, en se mariant, venaient rejoindre la famille de leur épouse et travaillaient la terre de celle-ci. Ils devaient s’acquitter d’une dot à cet effet pour pouvoir profiter de l’héritage de leur épouse. Ces traditions restent encore vivaces dans le nord-est du pays et au moins partiellement ailleurs. Les tendances patriarcales que l’on constate aujourd’hui, surtout dans les villes, ne sont apparues que plus tard par l’influence des civilisations occidentales et chinoises.  Dans les zones tribales, et pas seulement dans le nord-est,  le matriarcat reste la règle. Je ne revendique toutefois en aucun cas le savoir absolu en matière sociologie siamoise, d'autant qu'une société matriarcale n'exclut pas le « machisme ». C’est une culture traditionnelle à laquelle les membres de ce groupe d’étudiants citadins privilégiés sont totalement étrangers. Leur micricosme d'intellectuels les éloigne de la Thaïlande profonde

 

 

Incriminer la « culture du viol à la télévision »

 

Foutaise ! Il m'arrive de regarder les feuilletons de la télévision locale par-dessus l'épaule de mon épouse. On y voit souvent de tendres harpies se crêpant le chignon pour les beaux yeux d'un soupirant ou des bliuettes à l'eau de rose et jamais quel qu’apologie du viol que ce soit ?

 

 

Si je reviens à « mon » code pénal, il est bien évident que toutes les chaines de télévision se doivent de respecter les strictes dispositions de son article 287 « Quiconque :

1. A des fins de commerce ou par commerce, pour distribution publique ou exposition, fabrique, produit, possède, apporte ou fait introduire dans le Royaume, envoie ou fait sortir du Royaume, enlève ou fait introduire emporté ou fait circuler par quelque moyen que ce soit, tout document, dessin, estampe, peinture, imprimé, image, affiche, symbole, photographie, film cinématographique, bande sonore, bande magnétique ou toute autre chose obscène ;

2. Fait le commerce, ou prend part ou participe au commerce concernant le matériel ou la chose obscène susmentionnés, ou distribue ou expose au public, ou loue ce matériel ou cette chose;

3. Afin d'aider à la circulation ou au commerce du matériel ou de la chose obscène susmentionnée, propage ou diffuse la nouvelle par quelque moyen que ce soit qu'il y a une personne commettant l'acte qui constitue une infraction conformément à la présente section, ou propage ou diffuse la nouvelles que le matériel ou la chose obscène susmentionnée peut être obtenue de toute personne ou par tout moyen, sera punie d'un emprisonnement n'excédant pas trois ans ou d'une amende n'excédant pas six mille bahts, ou les deux (4)

Avis aux vendeurs à la sauvette de vidéos pornographiques de préférence aux touristes en mal de tourisme sexuel.

 

 

L'affaire des violences sexuelles chez les activistes

 

 

L’article français m’ayant intéressé, bien que faisant l’impasse sur le particularisme du scandale, car scandale il y a, j’ai voulu voir ce qu’il en était chez les Thaïs. « Sexuals violences stalks activist comunoty » sur le site de Khaosot, un organe de presse d’investigation qui passe pour être libre (5). Nous ne sommes pas au cœur de la Thaïlande profonde mais chez les activistes gauchistes de Bangkok.

Son retentissement est dû pour l'essentiel aux accusions de  viol portée contre un militant pour la démocratie qui a souvent payé de sa personne à l'avant-garde des manifestations contre la junte qui a pris le pouvoir en mai 2014 et qu'une militante accuse – ce dont il se défend – de l'avoir violée à plusieurs reprises. Séduite par le personnage, elle souhaita faire sa connaissance  ce qui ne signifiait pas de le faire au sens biblique du terme mais peut prêter à équivoque. Il la retrouva dans sa chambre et malgré ses « non, non » persista...

 

 

Ce fut le mur du silence dans le groupe qui entendait régler ses problèmes en interne.

 

 

Elle-même n'osa pas le dénoncer officiellement, on n'accuse pas le père Noël (même s'il lui arrive d'être une ordure).

 

 

D'autres incidents sont toutefois sortis de l'ombre.

Une autre militante a déclaré avoir été violée brutalement et sans finesse par un autre éminent militant du groupe.

Des militants de premier plan qui avaient réservé leur voix pour dénoncer les excès de la junte au pouvoir prirent alors  la parole pour soutenir les victimes. Certains ont admis avoir entendu des histoires similaires dans le passé.

 

 

Une autre, après avoir sympathisé avec un militant autour d'un  verre le vit arriver dans sa chambre avec deux de ses amis qui demandèrent s'ils pouvaient dormir. L'un d'entre eux imagina alors peut-être comme le  Vicomte de Valmont dans les « Liaisons dangereuses » pouvoir passer pour un rêve. ?              

               

                         

Les images de jeunes en uniforme marchant contre la tyrannie militaire lors du soulèvement du 14 octobre étaient un peu devenues « le prestige de l'uniforme ».

 

 

Un ancien militant étudiant actuellement journaliste a reconnu que le problème n'était pas nouveau. Cela s'était produit à plusieurs reprises dans le passé et les auteurs étaient toujours à l'avant-garde du mouvement.

D'autre par contre sont plus réticents et incriminent au moins partiellement le comportement des victimes qui permettaient à leurs agresseurs  d'entrer chez elles dans leur chambrette. L'un d'entre eux ajoute, comparaison toute provençale   « Sont-elles si naïves ? Ces personnes sont-elles nées et ont-elles grandi dans un champ de lavande ? ».

 

 

Je n'ajouterai pas mais je le fais citant encore  Choderlos de Laclos « coucher avec une fille, ce n'est que lui faire ce qui lui plaît : de là à lui faire faire ce que nous voulons, il y a souvent bien loin »

 

 

Ce n'est pas faire l'apologie du viol évidemment, le problème est entier dans ce pays mais mon propos n'est pas de l'analyser.

Je constate seulement

Que l'enquête très circonstanciée  de Khaosot s'est faite dans le petit microcosme privilégié des étudiants activistes dans de prestigieuses universités de Bangkok et par ailleurs ne donne que des généralités que l’on trouve partout.

Ces demoiselles pour autant qu'elles l'aient encore été ne sont pas des oies blanches. De la crainte révérencielle à l'admiration militante ou situer la frontière entre la douce violence ou le harcèlement

 

 

...et le viol au sens de la loi pénale ? Beaucoup des situations décrites par Khaosot me paraissent relever plus d'un harcèlement plus ou moins déplacés il est vrai que de viols stricto sensu

 

 

Que, curieusement, tout en donnant quelques généralités bien connues sur le viol en Thaïlande, l’article est consacré essentiellement à des scandales au sein d'un groupe politique activiste. On peut penser qu'il s'agit d'une opération destinée à le discréditer ? Ce n'est qu'une hypothèse mais je ne suis pas loin de le penser tout en n’ayant aucune affinité avec ces gaillards.

NOTES

(1)

https://asiapacific.unwomen.org/en/digital-library/publications/2017/09/the-trial-of-rape

(2)

https://www.unhcr.org/th/sexual-and-gender-based-violence

(3)

มาตรา 276 ผู้ใดข่มขืนกระทำชำเราผู้อื่นโดยขู่เข็ญด้วยประการใดๆ โดยใช้กำลังประทุษร้าย โดยผู้อื่นนั้นอยู่ในภาวะที่ไม่สามารถขัดขืนได้ หรือโดยทำให้ผู้อื่นนั้นเข้าใจผิดว่า ตนเป็นบุคคลอื่น ต้องระวางโทษจำคุกตั้งแต่ 4 ปีถึง 20 ปี และปรับตั้งแต่ 80,000-400,000 บาท

(4) มาตรา 287

 ผู้ใด
(๑) เพื่อความประสงค์แห่งการค้า หรือโดยการค้า เพื่อการแจกจ่ายหรือเพื่อการแสดงอวดแก่ประชาชน ทำ ผลิต มีไว้ นำเข้าหรือยังให้นำเข้าในราชอาณาจักร ส่งออกหรือยังให้ส่งออกไปนอกราชอาณาจักร พาไปหรือยังให้พาไปหรือทำให้แพร่หลายโดยประการใด ๆ ซึ่งเอกสาร ภาพเขียน ภาพพิมพ์ ภาพระบายสี สิ่งพิมพ์ รูปภาพ ภาพโฆษณา เครื่องหมาย รูปถ่าย ภาพยนตร์ แถบบันทึกเสียง แถบบันทึกภาพหรือสิ่งอื่นใดอันลามก
(๒) ประกอบการค้า หรือมีส่วนหรือเข้าเกี่ยวข้องในการค้าเกี่ยวกับวัตถุหรือสิ่งของลามกดังกล่าวแล้ว จ่ายแจกหรือแสดงอวดแก่ประชาชน หรือให้เช่าวัตถุหรือสิ่งของเช่นว่านั้น
(๓) เพื่อจะช่วยการทำให้แพร่หลาย หรือการค้าวัตถุหรือสิ่งของลามกดังกล่าวแล้ว โฆษณาหรือไขข่าวโดยประการใด ๆ ว่ามีบุคคลกระทำการอันเป็นความผิดตามมาตรานี้ หรือโฆษณาหรือไขข่าวว่าวัตถุ หรือสิ่งของลามกดังกล่าวแล้วจะหาได้จากบุคคลใด หรือโดยวิธีใด
ต้องระวางโทษจำคุกไม่เกินสามปี หรือปรับไม่เกินหกหมื่นบาท หรือทั้งจำทั้งปรับ

 

(5) https://www.khaosodenglish.com/news/crimecourtscalamity/2017/09/08/sexual-violence-stalks-thailands-activist-community/

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires