Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Bernard, retraité, marié avec une femme de l'Isan, souhaite partager ses découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires, culturelles, politiques,sociales ...et de l'actualité. Alain, après une collaboration amicale de 10 ans, a pris une retraite méritée.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

15 avril 2022 5 15 /04 /avril /2022 11:25

 

La Thaïlande, voilà bien un sujet de roman qui a donné lieu à des écrits l’on navigue trop souvent dans le nauséabond qui nous plonge au niveau zéro de la littérature, ou en plein prospectus de propagande pour le tourisme sexuel (1).

Il existe toutefois de bons romans de l’époque contemporaine comme le très bon roman policier de l’ami Jeff qui a présentement quitté le pays où il vécut de longues années dans sa thébaïde de l’Isan pour rejoindre son pays natal (2).

Du temps où la Thaïlande s’appelait Siam, elle fut un sujet de choix pour de grands talents (3) :

Paul-Louis Rivière, Georges Sand, Villiers de l’Isle-Adam, Jane de la Vaudère, Robida qui nous plonge dans le burlesque.

Il y a tant de choses merveilleuses à lire… et la vie est courte. Je ne parle donc  que de ce que j’ai lu !

J’ai découvert ainsi le roman de Marc Lasnier intitulé Phrom thep qui nous plonge dans le meilleur.

 

 

Son parcours est atypique

 

Après un cursus scientifique et un passage à la prestigieuse Ecole des Mines de Paris, il intégra l’entreprise familiale de bâtiment. Détenteur de plusieurs brevets d’invention, passionné de photographie et de cinéma, il dirigea en parallèle une entreprise de production audiovisuelle, ce qui le conduisit pour la première fois en Thaïlande en 1987. De nombreux voyages en Asie suivront, mais c’est à Phuket qu’il choisit de poser définitivement bagages. Marié à une Thaïe, il vit à deux kilomètres du Cap Phrom Thep dans le village de Rawaï. Associé à un ami français expatrié, ils ont créé « L’épicerie du Siam » ou l’on trouve tout à la fois des bons produits d’épicerie fine et de bonnes lectures, ce qui n’est pas incompatible.

Par ailleurs, admirateur de Jean-Christophe Grangé, j’expliquerai plus bas pourquoi,

Il écrit les pieds dans l’eau de la mer d’Andaman.

 

 

Le roman

 

Ni sa couverture ni son titre ne nous éclaire ; Phromthep est le nom thaï du Dieu Brahma...

 

 

... vénéré dans un temple hindouiste proche qui a donné son nom au cap mais nous ne verrons pas apparaître le Dieu créateur au cours du livre.

 

 

Le résumé qu’il nous en donne ne nous éclaire guère plus : « Quand il s’est envolé pour la Thaïlande, Alain n’imaginait pas rencontre Wannapa. Voilà peut-être le signe qu’il en attendait… Seulement la jolie Thaïe semble écrasée par son passé. Qui est cet inconnu qui la poursuit ? D’où viennent ces étranges cicatrices ? Pourquoi est-elle en proie à des angoisses, de plus en plus envahissantes ? Qui est vraiment la femme qu’Alain veut épouser. Des collines de Phuket aux frontières du Myanmar, il va remonter le fil du passé et découvrir dans toute son horreur … la vérité ».

 

 

En dehors du joli visage de la photo de couverture, elle porte la mention « thriller », je préfère celle de « Roman à suspense ». Il a choisi de s’autoéditer ce qui est courageux pour échapper à la cupidité des maisons d’édition mais nécessite de s’entourer de bons conseils, il nous le dit en toute modestie « Pour un auteur autoédité,  le principal piège est la tentation de tout faire soi-même… Attention danger ! Dans mon cas, pas de correction par des bénévoles, mais un vrai pro reconnu par la profession. Pas de couverture « maison », celle de Phrom Thep a été réalisée par David Forrest, dont le travail a contribué au succès de plusieurs bestsellers… Pour un auteur autoédité, le principal piège est la tentation de tout faire soi-même ». Voir :

https://www.enviedecrire.com/marc-lasnier-pour-un-auteur-autoedite-le-principal-piege-est-la-tentation-de-tout-faire-soi-meme/

Son exerce était d’autant plus difficile qu’il a choisi de croiser deux intrigues dont le lien n’apparaitra que tardivement dans le roman, même si on peut le subodorer partiellement à mi lecture. C’est un exercice délicat tout autant que celui des sous intrigues, auquel se livre souvent Jean-Christophe Grangé.

 

 

Cela nécessite une construction solide et le difficile maintien d’un équilibre entre les deux sujets au cours des 500 pages qui fait le roman, sur 38 chapitres et 4 saisons. C’est une réussite car on ne perd pas le fil une seconde.

Mais il n’y a pas de bonnes intrigues sans bons personnages et là encore nécessité de trouver un bon équilibre. Je n’ai pas l’intention de faire un résumé de l’ouvrage. L’exercice de la contraction de texte fait partie de ce l’on enseigne dans les Instituts d’études politiques pour tenter de synthétiser sans trahir, j’y étais mauvais.

Je m’intéresse surtout aux personnages qui sont dépeints tout en finesse dans leurs caractères bien trempés.

Je ne cite évidemment que les principaux

 

 

Les bons

 

 

Alain, le héros, il a 48 ans, une vie personnelle, professionnelle et sentimentale qui avait été difficile. Il est photographe professionnel, nous lui découvrirons au fil des pages d’autres talents, tireur d’élite...

 

 

,...rude boxeur, nageur émérite, adepte du parapente ...

 

 

et manieur occasionnel de Photoshop pour de légitimes motifs. Il y a, je présume, une part d’autobiographie dans le roman de Marc ?

Vincent Vignault est le propriétaire d’un hôtel à Rawaï qu’Alain a découvert par hasard en pianotant sur Internet, il ne le regrettera pas !

 

 

Marc Lehj est l’ami parisien dont les relations vont calmer l’ardeur des fonctionnaires municipaux pour permettre l’obtention de documents administratifs. Marc qui n’est pas né de la dernière pluie rendra de grands sévices avec l’aide d’un petit génie de l’informatique surnommé « ouvre boite ».

Chang, animateur du club de tir local deviendra l’ami thaï auquel Alain sauvera la vie lorsqu’ils furent pris dans une tempête à bord d’un bateau à longue queue sur la mer d’Andaman. Toon, le jeune fils de Chang qui a perdu sa mère prend Alain en affection

 

 

Wannapa est toujours resplendissante bien qu’elle approche de la cinquantaine. Elle est coiffeuse à Rawaï à la pointe sud de l’île de Phuket, au bord du Cap Phromthep qui a donné son titre au roman. Elle n’est pas une fidèle du temple hindouiste mais du temple bouddhiste voisin. Elle tombera rapidement sous le charme d’Alain qui s’apercevra rapidement qu’elle porte en elle un passé douloureux autant dans sa tête que dans son corps.

 

 

Les brutes : le clan Sung

 

 

Nous allons rapidement faire la connaissance de Sung, une petite frappe originaire de Kanchanaburi devenu à la tête d’un empire du mal, drogues et bordel. Il est installé dans la région de Kanchanaburi où il a bâti une forteresse proche de la frontière birmane. Le pays voisin en effet lui fournit de la main d’œuvre pour ses cultures et usine de fabrication du crack et de la main d’œuvre féminine pour ses maisons de passe.

 

 

Probablement atteint lui aussi dans sa tête puisqu’il a la passion des serpents, il en élève des centaines et trouve plaisir à les voir avaler vivantes des proies, souris ou lapins qu’il lâche dans leur vivarium.

 

 

 

Lek, un tueur psychopathe impuissant, sadique et accroché au crack, cette cocaïne du pauvre, est son jeune frère et exécuteur de ses basses-œuvres.

 

 

Alain se débarrassera de lui au cours d’une bagarre, il cache le corps que Vincent donnera plus tard à manger aux crabes et aux requins. Exit Lek.

Sung par l’intermédiaire de son frère poursuit Wannapa d’une haine farouche, nous saurons pourquoi.

 

 

Les truands : l’ancien premier ministre Xwatra et sa clique

 

 

L’intrigue se croise avec l’intervention Surgit ensuite un ancien premier ministre « rouge » qui navigue entre le Georges V et le Raffles Royal Hôtel de Phnom Penh

 

 

...concoctant soigneusement son retour au pouvoir par le biais d’un coup d’état – procédure habituelle dans ce pays –

 

mais en mettant en cause par le biais de documents vrais ou faux, la personne même du monarque par l’intermédiaire de celle de Wannapa. Il traîne évidemment une suite de militaires de haut rang et une horde de fonctionnaires ou policiers pourris avec des complicités en France

 

 

 

L’épilogue

 

Alain et Wannapa ont fini par pouvoir se marier malgré de lourdes difficultés administratives. Le retour à Rawaï est donc prévu. Sung ayant réussi à empêcher l’embarquement d’Alain à Roissy, Wannapa part donc seule et est réceptionnée à Bangkok par un faux ami qui travaille en réalité pour l’ancien premier ministre.

Sung de son côté sans nouvelles de son frère dont il ignore la mort, réussit à faire enlever Wannapa au nez et à la barbe du faux ami.

Arrive enfin Alain à Bangkok. Les gadgets installés par « Ouvre boite » lui permettent de retrouve la trace de son épouse dans le château de Sung à Kanchanaburi à la frontière birmane. Une expédition commando est montée avec l’aide du faux ami, d’un policier thaï ripou ainsi que celle de Chang. Cette seule opération pourrait déjà faire l’objet d’un magnifique film d’action. Si Chang y trouve la mort froidement assassiné par un des ripoux. Tout est bien qui finit bien, Sung est révolvérisé, le ripou aussi, l’autre est en fuite et traine un mandat d’arrêt international. Wannapa est libérée de ses chaines autant que de ses fantasmes et le couple récupéré par Marc et Vincent arrivés en sauveur en hélicoptère. Nous apprenons alors son grade de capitaine au service « action » de la DGSE. La France n'est pas indifférente au maintien du régime en place à Bangkok.

 

 

 

 

Pourquoi ce tir croisé entre Sung et Xwatra ?

 

Le premier veut se venger férocement mais lentement de Wannapa et la faire mourir dans des souffrances atroces, des liens de haine vieux de trente ans…

Le suivant veut s’emparer de documents présentement détenus par Sung établissant des liens de sang entre Wannapa pouvait mettre en cause la légitimité du souverain ce qui faciliterait la réussite de son coup d’état. Tout a disparu dans la destruction du château.

 

 

Tout est bien qui finit bien ?

Il apparait en effet un dernier personnage, SM le roi, qui fait remettre au couple par une avocate de Rawaï une carte d’identité thaïe pour Alain, un titre de propriété sur 8000 mètres carrés dans la zone la plus huppée de Rawaï et les documents validant par le couple du petit Toon

 

 

Je vous laisse à une lecture qui ne vous laissera pas indifférents. Personnellement, je n’ai pas lâché le livre du début à la fin au milieu de multiples intrigues, des sentiments délicats et des actions souvent violentes, le tout entre la réalité et l’imaginaire débridé de Marc.

 

 

Si Jeff donne de l'Isan, la région la plus défavorisée et la moins touristique du pays, Marc fait découvrir une Thaïlande qui n'est ni celle de ses bordels, ni celle des paradis touristiques

 

 

 

Le roman de Jeff et celui de Marc sont disponible sur le site

https://www.epiceriedusiam.com/

Ils sont également disponibles sur Amazon

Celui de Marc l’est sur www.diffusia.fr

Il ne postule ni pour le Goncourt ni le Fémina, le bénéfice des droits est totalement affecté à une œuvre de bienfaisance.

Tous ceux que je cite plus bas sont numérisés sur le site de la Bibliothèque nationale (Gallica.fr)

 

Notes

 

(1) Je ne cite que Michel Houellebecq auteur d’un mélange de sexe et de misogynie, intitulé « Plateforme »soutenue par une campagne de promotion magistralement orchestrée, une opération mercantile dont la littérature se serait bien passée mais il y a pire.

(2) Parmi les contemporains j’ai cité avec plaisir le très bon roman policier de l’ami Jeff qui nous donne une bonne vision de l’Isan, la région du Nord-est, la plus deshéritée du pays

A186- UN ROMAN POLICIER ISAN DE JEFF : « UN OS DANS LE RIZ – UNE ENQUÊTE DE L’INSPECTEUR PRIK »

https://grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-blog.com/2015/07/a186-un-polar-isan-de-jeff-un-os-dans-le-riz-une-enquete-de-l-inspecteur-prik.html

(3) Paul Louis Rivière : Il avait vécu de longues années au service du pays.

A 255. POH-DENG, « ROMAN SIAMOIS » DE PAUL-LOUIS RIVIÈRE, MAGISTRAT ET POÈTE

https://grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-blog.com/2018/04/a-256.poh-deng-roman-siamois-de-paul-louis-riviere-magistrat-et-poete.html

Il a fait l’objet d’une très belle réédition par mon ami Kent Davis, éditeur américain qui vit présentement en Floride. Il est disponible sur Amazon.

 

 

Georges Sand

Elle est l’auteur d’un merveilleux conte destiné à sa petite fille.

A 357- L’ÉLÉPHANT BLANC DE GEORGES SAND

https://grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-blog.com/2020/03/a-357-l-elephant-blanc-de-georges-sand.html

Villiers de l’Isle-Adam

Son singulier roman était bien dans le style du personnage.

A 393- L’ÉLÉPHANT BLANC MEURT D’AMOUR : UN CONTE D’AUGUSTE DE VILLIERS DE L’ISLE-ADAM.

https://grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-blog.com/2020/09/a-393-l-elephant-blanc-meurt-d-amour-un-conte-d-auguste-de-villiers-de-l-isle-adam.html

Jane de la Vaudère

Elle connait un immense succès à son époque avec ses romans le plus souvent exotiques, elle est bien oubliée de nos jours. Elle nous a parlé des mythiques amazones du roi de Siam.

A 390- « L’AMAZONE DU ROI DE SIAM » : UN ROMAN DE JANE DE LA VAUDÈRE

https://grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-blog.com/2020/09/a-390-l-amazone-du-roi-de-siam-un-roman-de-jane-de-la-vaudere.html

 

 

Robida

A 262 - VOYAGES TRÈS EXTRAORDINAIRES DE SATURNIN FARANDOUL À LA RECHERCHE L'ÉLÉPHANT BLANC

https://grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-blog.com/2018/06/a-262-voyages-tres-extraordinaires-de-saturnin-farandoul-a-la-recherche-l-elephant-blanc.html

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires