Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Bernard, retraité, marié avec une femme de l'Isan, souhaite partager ses découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires, culturelles, politiques,sociales ...et de l'actualité. Alain, après une collaboration amicale de 10 ans, a pris une retraite méritée.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

5 juin 2022 7 05 /06 /juin /2022 05:08

 

Nous avons consacré plusieurs articles aux « minorités  ethniques » qui bénéficient depuis 2017 d’une reconnaissance officielle, ils sont 62. Nous vous en donnons la liste :

 

 

Les Chams (จาม) que les Thaïs appellent familièrement les khaekcham  (แขกจาม) c’est-à-dire « les invités chams », le terme n’a rien de péjoratif, n’y sont pas spécifiquement inclus, probablement considérés comme appartenant au groupe des Malais dont ils partagent la religion et actuellement la langue.

 

 

La remarquable carte ethno-linguistique de la Thaïlande qui date de 2006 fait état de façon très marginale  d’un groupe Cham à Bangkok dans le village de Ban khaekhrua (บ้านแขครัว) et ajoute qu’actuellement ils ne parlent plus la langue cham, un tout petit point bleu au cœur du pays, entre 1000 et 2000 personnes. Encore faudrait-il savoir, mondialisation  aidant, si ce chiffre peut être maintenu en 2022 ? (1).

 

Quelques mots sur la langue et son écriture

 

La langue n'est plus guère parlée que dans la minorité cham du Vietnam, probablement moins de 100.000 personnes Une population de 200.000 individus réfugiés au Cambodge la parlerait encore mais beaucoup ont fui le pays lors de l’épisode des Khmers rouges qui fut génocidaire pour eux aussi pour trouver refuge en Malaisie.  Ce sont principalement les Chams du Vietnam qui connaissent encore l’écriture et peuvent lire les textes de leur littérature. Ceux du Cambodge connaissant encore leur écriture traditionnelle sont très peu nombreux. L’alphabet des Chams est originaire de l’Inde et apparaît dans les inscriptions autour du Ve siècle de notre ère. Il est utilisé pour des inscriptions en langue sanskrite comme en langue chame.

 

 

Les textes inscrits se trouvent jusqu’au XIIIe siècle. Ils sont rédigés en cham ancien. Les Chams d’aujourd’hui ne savent plus déchiffrer l’écriture des anciennes inscriptions. À partir du XVe siècle, les textes manuscrits sont rédigés en cham moyen et avec une écriture cursive qui s’éloigne fortement de celle des inscriptions sur pierre. Puis à partir du XIXe siècle, les textes sont rédigés en cham moderne et il existe une translittération romanisée du cham employée par les chercheurs occidentaux. On a plusieurs types d’écriture selon le pays dans lequel les Chams écrivent et selon le type de texte (profane ou sacré).

 

 

Les Chams : sources

 

Lointains des descendants des habitants du royaume de Champa, leur présence en Thaïlande mérite quelques lignes d’explications.

 

 

Ils viennent du royaume de Champa qui s’est définitivement écroulé au XIXe siècle face à l’empire Viet. Mon propos n’est pas d’écrire son histoire. Celle-ci l’a été essentiellement sinon exclusivement par des érudits français. De méticuleuses recherches épigraphiques firent l'objet de nombreuses publications dans le Bulletin de l'école française d'extrême orient. Georges Maspero a publié «  le  Royaume de Champa » (2). Il s’était imposé la tâche écrasante de dépouiller méthodiquement les vestiges de  l'épigraphie indigène et les textes étrangers concernant le Champa.  Signalons encore une remarquable synthèse de Louis Finot dans le fascicule publié à l’occasion de l’Exposition coloniale internationale de Partis en 1931 (3).

 

 

Le trésor de ses rois enfin -  au moins ce qui avait échappé au pillage des Viets – a été retrouvé abrité dans les zones tribales par Henri Parmentier et le Père  Eugène Marie Durand, des Missions étrangères.

 

 

L’inventaire de ce fabuleux trésor a été établi par eux (4). Il constitue actuellement les joyaux du Musée de Danang.

 

 

L’article de Nicolas Weber date de 2017 « The Cham Diaspora in Southeast Asia: Patterns of Historical, Political, Social and Economic Development » nous rapproche de nos Chams de Bangkok auquel il consacre un paragraphe au milieu des multiples péripéties des Chams au cours de leur histoire (5). Il est assorti d’une surabondante bibliographie.  Plus ponctuellement, en ce qui concerne l’histoire de la présence des communautés musulmanes à Bangkok, signalons l’article d’Edward Van Roy « Contending identities. Islam and ethnicity in Old Bangkok»   in Journal of the Siam Society , 2016, volume 104. Jean Baffie enfin a consacré il y a quelques années, en 1988, deux articles aux Chams de Bangkok (6).

 

 

Les Chams au Siam

 

L'ancien royaume de Champa, centré sur ce qui est aujourd'hui le littoral sud  vietnamien littoral, était il y a un millénaire déjà reconnu comme l'une des premières puissances maritimes d'Asie du Sud-Est.  Au cours des siècles, il domina le bas bassin du Mékong. Les Chams perfectionnèrent l'art de la construction navale et de la guerre sur les eaux. Au cours des siècles ensuite, le royaume  subit une implacable pression des Vietnamiens qui força un exode vers le haut le bassin du Mékong, jusqu’à la Péninsule malaise et l’archipel indonésien. Certains de ceux qui s’étaient installés à l'intérieur des terres furent capturés par les pillards siamois dès le XVe siècle. D'autres rejoignirent l’armée siamoise comme mercenaires. Ils continuèrent à jouer un rôle majeur dans l’histoire de la marine siamoise jusqu'au XIXe siècle et au-delà.

 

 

 

A Ayutthaya, les guerriers Cham reçurent un site de peuplement le long de la  rive de la rivière Chaophraya au sud de la ville fortifiée,

 

 

là où le plan de La Loubère situe le quartier malais qu’il ne différencie pas, ce sont tous des musulmans et les communautés avaient plus ou moins fusionné.

 

Réputés pour leurs prouesses dans la construction de bateaux, dans la navigation en eau douce et sur mer et dans les combats navals, ils se virent accorder le privilège de pagayer sur les barges royales qui perdura jusqu’au XXe siècle. Le chef de leur communauté a le titre de Phraya (พระยา).

 

 

A environ soixante-dix kilomètres en aval de la rivière Chaophraya depuis Ayutthaya, derrière le dépôt commercial bien fortifié de Thonburi et des douanes, le Siam avait depuis les années 1600 posté une garnison militaire cham. Lors de l’invasion  birmane de 1767, ce poste fut attaqué et détruit, ses défenseurs tués, capturés ou réduits à la fuite.

 

 

À la même époque, des centaines de familles de musulmans d’Ayutthaya – persans, arabes et malais ou  cham – anticipant la chute imminente de la capitale devant les assauts birmans, aménagèrent des radeaux sur lesquels ils s'éloignèrent furtivement, soudoyant parfois les forces assiégeantes pour assurer leur sécurité. Beaucoup se dirigèrent vers Thonburi.Une fois la situation politique stabilisée après le départ des forces birmanes et l'investiture de Phraya Taksin à la tête du Royaume siamois centré à Thonburi, les réfugiés musulmans se virent affecter des sites villageois permanents à terre, à la périphérie de la nouvelle capitale. Ces humbles débuts marquèrent le début d'une remarquable résurrection de la grandeur politique siamoise avec le puissant souvenir d'Ayutthaya comme guide.

 

 

La communauté chame de Thonburi a joué un grand rôle dans cette renaissance par la participation de ses bataillons de marins à de nombreux exploits militaires. Les générations suivantes, qu'ils soient prisonniers de guerre, mercenaires, ou demandeurs d'asile, continuèrent cette tradition. Pour confirmer ce rôle, les chantiers navals royaux et les hangars à barges furent installés  directement face à la colonie cham le long de la rive extérieure du canal. A la fin du 19e siècle on trouvait un groupe de trois établissements chams connus sous le nom de Ban Khaek Khrua - composés de Ban Khrua Nai (Intérieur), Klang (Moyen) et Nok (Extérieur) chacun avec sa propre mosquée et son cimetière, suggérant peut-être des origines et des dates d'établissement distinctes.

 

  Implantation en 1910 (dessin Van Roy) :

 

 

Des dizaines d’années de paix ont passé et la vocation militaire de cette ethnie est devenue caduque, remplacée par une spéciation dans le tissage de la soie pour le marché du luxe local et, plus tard, le marché naissant du commerce touristique.

Après la Seconde Guerre mondiale, en effet, l'industrie de la soie à Ban Khrua s'est rapidement développée sous la direction de Jim Thompson (James Harrison Wilson), colonel de l'armée américaine. Jim Thompson était un collectionneur passionné et la soie de Ban Khrua le fascina. En 1948, il fonde la Thai Silk Company avec cinq familles de tisserands. Il introduisit de nouvelles technologies pour améliorer la production et ce fut le succès. Thompson élargit son entreprise et fit venir des musulmans chams ou non chams d'autres régions de Thaïlande, de Surat Thani (สุราษฎร์ธานี) en particulier.

 

 

Dans le district de Chaiya (ไชยา), au nord de la province,

 

 

le tissage de la soie se pratiquait de tous temps essentiellement dans le sous district totalement musulman de Phumriang  (ตำบลพุมเรียง), célèbre pour la qualité de sa production soyeuse. Situé en bord du golfe de Thaïlande, il n’est d’ailleurs pas exclu que cette enclave musulmane dans une province qui ne l’est pas n’ait pas pour origine des Chams venus des mers ?

 

 

Après la disparition de Thomson en 1967, la Thai Silk Co. entra en déclin. De nos jours, seules deux familles de Ban Khrua se consacrent encore à l'industrie de la soie. Le tissage de la soie fut remplacé par celui du coton. A Phumriang et à Ban Khrua, on trouve des vêtements et des accessoires religieux : La présence d'une importante communauté musulmane au cœur de Bangkok rend probablement nécessaire la présence d'ateliers de tissage de coton pour les chapeaux de prières des hommes (la chéchia) et de leurs longues tuniques (la Kamis)

 

 

...ainsi que du voile des femmes (le hidjab) que les écolières portent avec tant de grâce.

 

 

D'autres groupes de Chams, après la chute d'Ayuthaya, choisirent d'autres destinations que Thonburi mais toujours en bord de mer :

 

Certains rejoignirent le sous-district de Nam Chiao (ตำบลน้ำเชี่ยว),  district de Laem Ngop  (อำเภอแหลมงอบ) dans la province de Trat (จังหวัดตราด). Ils y rejoignirent des musulmans thaïs avec lesquels ils se confondirent.

 

 

D'autres rejoignirent Rayong  (จังหวัดระยอง) et se fondirent également dans la population musulmane locale.

 

 

La communauté de Ban Krua fut fondée en 1787, il y a environ 235 ans, alors que Bangkok possédait encore des forêts et des champs dans une zone qui s'appelait  «  la forêt de bambous de Thung Phaya Thai » (ป่าไผ่ทุ่งพญาไท). Elle conserve seule ou tente de conserver sa spécificité et dut batailler pour éviter qu'un projet autoroutier ne détruise leurs mosquées et leur cimetières.

 

 

Nicolas Weber souligne que, partout où ils sont allé, leurs efforts d’intégration tout en préservant leurs identité culturelle. Jusqu’à quand ?

 

 

 

 

NOTES

 

1 -  « Ethno linguistic map of Thailand » publication de l’Université Thammasat, ISBN 974-7103-58-3

 

 

2 - Une première fois dans plusieurs livraisons de la revue Toung Pao entre 1910 et 1913, puis réunies en 1914 et 1929 sous  ce titre.

 

  1. - « Exposition coloniale Internationale de Paris – commissariat général » à Paris 1931, volume consacré à l’Indochine française.

 

 

  1. - « Le Trésor des rois chams »  In: Bulletin de l'Ecole française d'Extrême-Orient. Tome 5,  905. pp. 1-46.

 

  1. -  Il est numérisé : Thomas Engelbert – 9783631660423  Downloaded from PubFactory at 04/03/2017 11:41:53AM by nicolasweb@yahoo.com

 

  1. - « Naissance et croissance de Ban Khrua: problèmes d’identité des Chams de Bangkok ». In: Ban Khrua, le “village” cham de Bangkok.  Bangkok, 1988.

Nos précédents articles sur les minorités ethniques de Thaïlande

 

INSOLITE 25 - LES ETHNIES OFFICIELLEMENT RECONNUES EN THAÏLANDE POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2017.

http://www.alainbernardenthailande.com/2018/04/insolite-25-les-ethnies-officiellement-reconnues-en-thailande-pour-la-premiere-fois-en-2017.html

INSOLITE 9 - LES NÉGRITOS DE THAÏLANDE, DERNIERS REPRÉSENTANTS DES HOMMES DU PALÉOLITHIQUE.

http://www.alainbernardenthailande.com/2016/12/insolite-9-les-negritos-de-thailande-derniers-representants-des-hommes-du-paleolithique.html

H 9 - LES MȎNS DE THAÏLANDE.

http://www.alainbernardenthailande.com/2017/03/h-9-les-m-ns-de-thailande.html

INSOLITE 10. LA MYSTÉRIEUSE TRIBU DES MALABRI, LES « HOMMES NUS » DU NORD-OUEST.

http://www.alainbernardenthailande.com/2016/12/insolite-10.la-mysterieuse-tribu-des-malabri-les-hommes-nus-du-nord-ouest.html

INSOLITE 11 - LES « PEUPLES DES MONTAGNES » DE LA RÉGION DE KHORAT, DERNIERS REPRÉSENTANTS DU DVARAVATI.

http://www.alainbernardenthailande.com/2016/12/insolite-11-les-peuples-des-montagnes-de-la-region-de-khorat-derniers-representants-du-dvaravati.html

INSOLITE 12- LA LANGUE DES SAEK DE NAKHON PHANOM, UN VESTIGE DE LA PROTOHISTOIRE ? http://www.alainbernardenthailande.com/2017/01/insolite-12-la-langue-des-saek-de-nakhon-phanom-un-vestige-de-la-protohistoire.html

INSOLITE 13 - L’ETHNIE SO DE L’ISAN (NORD-EST DE LA THAÏLANDE) http://www.alainbernardenthailande.com/2017/01/insolite-13-l-ethnie-so-de-l-isan-nord-est-de-la-thailande.html

INSOLITE 16 - LES PEUPLES DE LA MER DE LA CȎTE OUEST DE LA THAÏLANDE : MYTHES ET RÉALITÉS. http://www.alainbernardenthailande.com/2017/02/insolite-16-les-peuples-de-la-mer-de-la-c-te-ouest-de-la-thailande-mythes-et-realites.html

 

INSOLITE 17. LES PEUPLES DE LA MER DE LA CȎTE OUEST DE LA THAÏLANDE : MYTHES ET RÉALITÉS.

http://www.alainbernardenthailande.com/2017/02/insolite-17.les-peuples-de-la-mer-de-la-c-te-ouest-de-la-thailande-mythes-et-realites.html

INSOLITE 20 - LES PHUTAÏ, UNE ETHNIE DESCENDUE DU CIEL ? http://www.alainbernardenthailande.com/2017/08/insolite-20-les-phutai-une-ethnie-descendue-du-ciel.html

INSOLITE 21- LES THAI YO, UNE ETHNIE DE COUPEURS DE TÊTES (?) http://www.alainbernardenthailande.com/2018/03/insolite-21-les-thai-yo-une-ethnie-de-coupeurs-de-tetes.html

INSOLITE 22- LES KALŒNG, UNE TRIBU MÉCONNUE DU NORD-EST DE LA THAÏLANDE.http://www.alainbernardenthailande.com/2018/03/insolite-22-les-kaloeng-une-tribu-meconnue-du-nord-est-de-la-thailande.html

INSOLITE 26 - L’ÎLE DE NORD-SENTINEL, DERNIER REFUGE DES NÉGRITOS DE LA PÉNINSULE DANS L'ARCHIPEL DES ANDAMAN http://www.alainbernardenthailande.com/2018/12/insolite-26-l-ile-de-nord-sentinel-dernier-refuge-des-negritos-de-la-peninsule-dans-l-archipel-des-andaman.html INSOLITE 27- LES « PEUPLES DE LA MER » D'ASIE DU SUD-EST SONT-ILS VENUS SUR L'ÎLE DE MADAGASCAR ?

http://www.alainbernardenthailande.com/2019/08/insolite-27-les-peuples-de-la-mer-d-asie-du-sud-est-sont-ils-venus-sur-l-ile-de-madagascar.html

A.56 Isan : Le Crépuscule Des Ethnies ? http://www.alainbernardenthailande.com/article-a-56-isan-le-crepuscule-des-ethnies-99202030.html

A145. Les "Minorités Ethniques" Du Nord-Ouest De La Thaïlande.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a145-les-minorites-ethniques-du-nord-ouest-de-la-thailande-123213089.html

A147. Les "Minorités Ethniques" Du Nord-Ouest De La Thaïlande. 2

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a147-les-minorites-etniques-ou-les-populations-montagnardes-du-nord-ouest-de-la-thailande-2-123281023.html

 

Partager cet article
Repost0

commentaires